Valentino Automne 2024 repense la masculinité à travers le prisme de la couture

Au-delà des attentes, la collection Valentino Automne 2024 de Pierpaolo Piccioli réimagine la masculinité. Les tons sourds et les silhouettes décontractées remettent en question les conventions, incitant les hommes à embrasser une nouvelle forme de force.
23 janvier 2024
2 minutes de lecture
Valentino Automne 2024 repense la masculinité à travers le prisme de la couture
PUBLICITÉ

Pour l’Automne 2024, le défilé Valentino pour hommes de Pierpaolo Piccioli transcende les attentes, s’aventurant au-delà des limites de la couleur et dans une exploration nuancée de la masculinité moderne. Alors que les teintes vives ont souvent le vent en poupe dans la mode, Pierpaolo Piccioli s’écarte du rose prévisible qu’il avait défendu la saison dernière, optant plutôt pour une palette feutrée de noir, de bleu marine et de gris. Ce changement de ton reflète une intention plus profonde : aller au-delà des significations superficielles et plonger dans l’essence de ce que signifie être un homme aujourd’hui.

Au lieu de renforcer les stéréotypes de genre, Piccioli utilise la neutralité de sa palette de couleurs comme tremplin pour une conversation sur la fluidité et la grâce. Il abandonne l’esthétique flamboyante qui a orné le tapis rouge du Met Gala en faveur d’un tailleur classique, mais avec une touche subversive. Les structures rigides et les lignes acérées ont disparu au profit de silhouettes décontractées et de proportions généreuses. Les costumes surdimensionnés se drapent sans effort, les vêtements d’extérieur prennent une allure nonchalante et les manteaux se gonflent avec une liberté retrouvée.

PUBLICITÉ

Cette collection est une réflexion sur l’identité de l’homme d’aujourd’hui, sans parler de genre, mais en parlant de la façon dont les hommes d’aujourd’hui peuvent être plus doux, plus gracieux”, explique Piccioli. Il démonte avec brio l’armure rigide de la masculinité traditionnelle, prouvant que la force peut coexister avec la vulnérabilité, et le pouvoir avec la sensibilité.

Le costume, longtemps considéré comme l’emblème de l’autorité patriarcale, subit une métamorphose entre les mains de Piccioli. Il le dépouille de sa formalité et lui insuffle la touche délicate de la haute couture. Des mousselines douces remplacent les doublures amidonnées, et des formes arrondies remplacent les angles vifs. Le résultat est un costume qui ressemble davantage à un cardigan douillet qu’à un symbole de domination d’entreprise.

PUBLICITÉ

Les costumes sont vraiment doux comme des cardigans”, observe Piccioli. “On est loin du costume classique à double boutonnage du président”.

Sur le même sujet : La collection Valentino Printemps/Été 2024 brise les barrières et fait fleurir la liberté

Cette subversion s’étend au-delà du tailleur. Les cols roulés se glissent timidement sous les chemises ouvertes, les doubles revers ajoutent une touche de théâtralité ludique et le costume trois pièces est déconstruit, les gilets se transformant en écharpes éthérées. Même l’humble T-shirt reçoit un traitement haute couture, sa silhouette étant sculptée de douces courbes, brouillant les lignes entre décontraction et raffinement.

La révolution de Piccioli n’est pas faite de déclarations flamboyantes ou de proclamations audacieuses. Elle se déploie tranquillement, dans les tons feutrés de sa palette et les subversions subtiles des silhouettes classiques. Il démantèle le binaire, non pas avec un rugissement, mais avec un doux murmure, exhortant les hommes à embrasser un nouveau type de force, enraciné dans l’empathie, la vulnérabilité et une liberté d’être retrouvée.

Restez à la pointe de la mode et du lifestyle au masculin, suivez Essential Homme sur Google News, Whatsapp, en RSS ou sur Flipboard.

Valentino Automne 2024 repense la masculinité à travers le prisme de la couture
PUBLICITÉ
Valentino Automne 2024 repense la masculinité à travers le prisme de la couture

© Valentino

PUBLICITÉ
AllerEn Haut