Pour Balmain Automne 2024, Olivier Rousteing déclenche une symphonie de grandeur maximaliste

Balmain Homme Automne 2024. Oubliez le minimalisme. Olivier Rousteing libère une splendeur maximaliste : imprimés audacieux, ornements en cristal et hommages vibrants à l'art africain.
22 janvier 2024
2 minutes de lecture
Pour Balmain Automne 2024, Olivier Rousteing déclenche une symphonie de grandeur maximaliste
PUBLICITÉ

Paris a vibré d’un luxe audacieux lorsque le défilé Balmain Homme Automne 2024 d’Olivier Rousteing a explosé sur la piste. Finis les murmures feutrés du minimalisme pré-pandémique ; ce soir, chaque centimètre a rugi d’une opulence audacieuse, de fioritures flamboyantes et d’une joyeuse célébration de l’expression maximaliste de soi. C’était un manifeste, une déclaration provocante de la vision sans concession de Rousteing pour l’homme moderne.

L’ouverture a donné le ton : un visage créé par l’IA, resplendissant sur un manteau incrusté de cristaux, faisait un clin d’œil à l’avenir, tandis qu’un travail artisanal complexe et des ornements flamboyants évoquaient la grandeur de la haute couture. “Tant de gens se moquent de mes lèvres”, a déclaré M. Rousteing avant le défilé, et c’est bien ce qu’il a fait ! Les lèvres sont devenues le leitmotiv, ornant les ceintures, les broches et même les costumes en jacquard, dans une riposte ludique à ses détracteurs. Les bombers et les chemises ont été révélés par des imprimés monochromes, tandis que d’éblouissants bracelets en cristal pavé et des chaussures en forme de lèvres ont défilé, une ode vibrante à l’excentricité assumée.

PUBLICITÉ

Mais l’audace de Rousteing a dépassé le simple kitsch. Après un intermède à pois, il a rendu hommage aux sapeurs, les flamboyants guerriers de la mode congolaise. Leur philosophie de subversion des normes résonne dans des silhouettes puissamment épaulées et des explosions de couleurs vibrantes, chaque tenue étant un cri de guerre provocateur contre la banalité. Cet esprit s’est traduit par une collaboration dynamique avec l’artiste Prince Gyasi, basé à Accra, dont les imprimés audacieux ornent les vêtements et les transforment en toiles portables.

Vient ensuite une touche camerounaise, un partenariat avec l’artiste Ibby Njoya qui a vu d’humbles valises et mallettes se métamorphoser en bagages fantaisistes et convoités. Au milieu de cette tapisserie exubérante, Rousteing a saupoudré des moments de confection à couper le souffle. Un manteau tulipe inversé, dont les couches de cachemire blanc cascadent en un motif accrocheur, témoigne de la précision et de la beauté qui sous-tendent l’exubérance de la collection.

PUBLICITÉ

Sur le même sujet : BALMAIN prend son envol avec la collection Printemps 2024

L’or, symbole ultime du luxe, est omniprésent. Un manteau doré, des ornements sculptés sur le visage, des chaînes en cascade, une mallette digne d’un roi et même un casque en or pour ceux qui cherchent à échapper aux regards indiscrets, tout cela scintillait d’une opulence non dissimulée. Le clou du spectacle ? Naomi Campbell, resplendissante dans une veste en cachemire beige – seul clin d’œil de Rousteing au “luxe tranquille” – ceinturée de mains surréalistes portant un bouquet d’or. Un point culminant pour un défilé qui a redéfini le luxe, non pas comme un murmure feutré, mais comme une symphonie audacieuse d’expression personnelle.

Comme l’a déclaré Rousteing lui-même, “Balmain est passé de 20 millions d’euros par an à 300 millions sous ma direction. Je ne vais donc pas commencer à me taire maintenant”. Et pourquoi le ferait-il ? Dans un monde qui aspire à la couleur, à l’individualité, à la joie audacieuse, le Balmain Homme Automne 2024 de Rousteing a rugi avec un message qui ne pouvait pas être ignoré : embrassez votre moi maximaliste, de manière inconditionnelle et glorieuse.

Restez à la pointe de la mode et du lifestyle au masculin, suivez Essential Homme sur Google News, Whatsapp, en RSS ou sur Flipboard.

PUBLICITÉ

© Balmain

PUBLICITÉ
AllerEn Haut