Undercover - Printemps-Été 2020 - Paris Fashion Week
/

Undercover – Printemps/Été 2020 – Paris Fashion Week Homme

44 vues
2 minutes de lecture

Quand des couleurs règnent en maître, saison estivale oblige, chez d’autres créateurs, chez Undercover, c’est le noir ou une palette très sombre qui dicte sa loi.

La collection du japonais Jun Takahashi nous plonge dans le côté le plus sombre de chacun de nous. Elle interroge sur nos pires instincts et les pulsions les plus primitives, un dangereux exercice qui laisse son introduction sur la note du show par une phrase de Dylan Thomas : “Je suis titulaire d’une bête, d’un ange et d’un fou en moi”.

Ainsi, la silhouette de Nosferatu – pour ceux qui ne connaissent pas, Nosferatu est le vampire du film muet allemand, sorti en 1922, réalisé par Friedrich Wilhelm Murnau. Cette adaptation cinématographique du roman Dracula de Bram Stoker est l’un des premiers films d’horreur et est considéré comme l’un des grands chefs-d’œuvre du cinéma expressionniste allemand – vient hanter le devant de certaines pièces. L’atmosphère angoissant se trouve de surcroît chargé par le motif toile d’araignée, magnifiquement appliqué en relief, sur des chemises ou des vestes ainsi que par des photographies en N&B très hitchcockiennes extraites de la série “Untitled Film Stills” de Cindy Sherman.

Toutes ces références cinématographiques à l’impact visuel très fort viennent dialoguer avec des silhouettes à la portabilité indéniable. Manteaux à capuche ondulants, chemises en satin, pantalons légers en laine, aux coupes amples et fines, vestes à la coupe impeccable, blousons à manches courtes coupés à la taille, manteaux aux effets plissés ou des pièces bi-matières (cuir/laine). Autant de pièces qui décrivent une partition sensuelle et une maîtrise de coupe pour lesquels Jun Takahashi est connu. De plus, un peu taquin, Takahashi y ajoute de petits détails qui captent notre attention et s’amuse avec notre regard : ici, des petites fentes se dévoilent au niveau des genoux des pantalons, là des ourlets strassés pour une petite touche délicatement glamour.

© Photos : Undercover