Tudor Précurseur du luxe en tissu

66 views
5 mins read

Contrairement aux idées reçues, les bracelets en tissu ne sont pas uniquement réservés aux montres de grand public. La preuve en est qu’avec la maison Tudor, ils sont même devenus l’une des signatures de la marque.

C’est la grande tendance du monde qui colle avec l’air du temps. La personnalisation touche aussi l’horlogerie de luxe qui voit là l’occasion de se renouveler et de proposer aux clients fortunées plus de choix et de matières.

Chez la maison suisse Tudor, créée en 1926 par Hans Wilsdorf, le bracelet en tissu s’inscrit comme un choix avant-gardiste qui lui a permis de se différencier très tôt des autres acteurs de l’horlogerie haut de gamme. En effet, sa première utilisation des bracelets en tissu pour ses créations remonta en 2010 lors du très couru salon horloger Baselworld où Tudor présentait son modèle Heritage Chrono accompagnée d’un bracelet supplémentaire en tissu. Certes, ce fut une avant-première quand la plupart des marques de montres suisses de luxe le considérait comme indigne du niveau de sophistication de leurs produits, mais ce n’est pas la première fois qu’une montre Tudor s’est vue assortie d’un bracelet en tissu. Une Tudor Submariner de référence 9401, et datant de 1977, a été vue avec un bracelet en sangle de parachute de fabrication extérieure. Cette pratique est apparemment courante chez les plongeurs de la Marine Nationale qui voient dans cette matière une élasticité confortable et un ajustement facile.
L’utilisation de bracelets en tissu sur des montres trouve son origine, au début des années 90, chez les militaires. À la demande du ministère de la Défense britannique qui cherchait un bracelet adéquat pour équiper les montres de ses militaires constamment en mouvements, le bracelet Nato (pour North Atlantic Treaty Organisation) fut créé. En toile de nylon tressé, ultrarésistant, léger, anallergique et facile à régler, ce bracelet fut ensuite normalisé par l’OTAN. Popularisé dans l’armée, son utilisation, dans le civil et dans les années 2000, reste cependant circonscrite à un milieu restreint d’un noyau dur des cercles de collectionneurs horlogers. De ce milieu très sélectif, le bracelet en tissu prendra son envol lorsque Tudor décida de l’utiliser pour en faire son fer de lance d’un nouveau style. Son Atelier de Style va complètement bouleverser l’architecture du bracelet en tissu pour le rendre réglable en longueur, s’inspirant du système de ceinture de sécurité de voitures sportives anciennes. Il va aussi ajouter des “tunnels” dans lesquels se logent les barrettes de bracelets, permettant de maintenir fermement la montre en place.

Tudor - Heritage Tissu Bracelet
Fabriqués à l’ancienne chez un artisan français de Saint-Etienne au savoir-faire passementier traditionnel, l’un des derniers de France à maîtriser la technique du métier à tisser dit « Jacquard », les bracelets en tissu de Tudor connaissent une large variété, presque sans limite, de motifs, tout en bénéficiant solidité et souplesse grâce à cette technique de tissage.
La Tudor Heritage Chrono, présentée en 2010 à Baselworld, avec son bracelet en toile noire, grise et orange, fut la première à bénéficier cette nouveauté esthétique en horlogerie de luxe. Ce modèle connaîtra une nouvelle variation en 2013 avec Tudor Heritage Chrono Blue qui, comme son nom l’indique, est doté d’un bracelet en tissu bleu aux couleurs du cadran. Un an après la Heritage Chrono, en 2011, ce fut au tour du chronographe Tudor Fastrider d’avoir son bracelet en tissu noir marqué par trois lignes sportives faisant écho à celles du cadran. Deux derniers exemples en date sont la Tudor Heritage Black Bay et la Tudor Heritage Ranger. S’adressant aux plongeurs fortunés, la première est une nouvelle version de celle sortie en 2012 et elle se démarque avec son bracelet tissé de fil bleu nuit. Quant à la Tudor Heritage Ranger, son motif camouflage n’y est pas imprimé mais tissé dans la masse avec des fibres de différentes couleurs, notamment vertes, choisies pour faire allusion aux forêts interminables des territoires traversés par les traîneaux à chiens.