La tour Eiffel illuminée pour la première fois par de l’hydrogène vert

5 minutes à lire
Tour Eiffel - Toyota Hydrogène Vert
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour la première fois dans son histoire, la tour Eiffel a été illuminée hier soir tout en vert grâce à de l’hydrogène renouvelable et décarboné. Une prouesse rendue possible par la start-up bretonne EODev et la technologie de pile à combustible Toyota.

Un groupe électro-hydrogène

L’habillage d’une robe nocturne tout en vert de la Dame de fer constitue le clou de l’événement “Le Paris de l’hydrogène” organisé par Energy Observer avec le soutien de la ville de Paris. Energy Observer est à l’origine le nom d’un catamaran à hydrogène autonome et zéro émission.

PUBLICITÉ

Mise à l’eau en avril 2017, il parcourt le monde et sert de laboratoire et de plaidoyer pour la transition énergétique. A l’occasion de cette manifestation qui se déroule sur le Champ de Mars du 20 au 30 mai 2021, Energy Observer présente son nouveau village d’exposition consacré à la transition écologique, à l’énergie renouvelable et à l’hydrogène.

Hier soir, pendant trois minutes et trente secondes, la tour Eiffel a été illuminée par 70 projecteurs entièrement alimentés par un groupe électro-hydrogène. Le GEH2, doté d’une puissance de 110 kW, a été développé par la start-up française, basée Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), EODev, fonctionnant avec une pile à combustible Toyota.

PUBLICITÉ

Notre solution fait entrer l’illumination de la tour Eiffel dans une nouvelle ère technologique et de progrès durable. Nous sommes convaincus que cette initiative sera suivie par beaucoup d’autres qui permettront d’organiser de futurs événements en utilisant une énergie propre. Il est probable que les plus beaux monuments de France et d’ailleurs soient à l’avenir illuminés par des systèmes d’énergie durable. Au-delà d’une portée symbolique, ces initiatives, à l’instar du GEH2 d’EODev, mettent en valeur des solutions zéro émission qui sont d’ores et déjà opérationnelles”, a expliqué Jérémie Lagarrigue, Directeur Général d’EODev.

Tour Eiffel - Toyota Hydrogène Vert

Pendant cette manifestation installée au pied de la Dame de fer, le village Energy Observer héberge plusieurs sociétés, dont Toyota, qui y présentent leurs véhicules et applications fonctionnant avec de l’énergie hydrogène.

De nombreuses applications de la technologie de pile à combustible Toyota y sont également présentées dont la nouvelle Mirai, un bus urbain développé par CaetanoBus ainsi que le prolongateur d’autonomie maritime REXH2 & le générateur GEH2 développés par EODev, offrant ouvrant une perspective durable et innovante sur les villes du futur.

PUBLICITÉ

La technologie de la pile à combustible hydrogène va jouer un rôle clé pour permettre à Toyota d’atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050. L’engagement en a été pris en 2015 lorsque nous avons annoncé le Toyota Environmental Challenge 2050 et lancé la Mirai – première berline à hydrogène de grande série. Nous sommes également convaincus que la technologie de pile à combustible jouera un rôle fondamental pour atteindre la neutralité carbone de l’ensemble de l’écosystème des transports au niveau mondial – dans le secteur automobile mais aussi pour les bus, les poids-lourds, le chemin de fer, l’aviation, le secteur maritime et celui de la production énergétique stationnaire”, a déclaré, quant à lui, Matt Harrison, Président et CEO de Toyota Motor Europe.

Lors des prochains Jeux olympiques de Paris de 2024, EODev sera de nouveau sur le devant de la scène : la start-up produira de l’hydrogène avec de l’eau de la Seine et de la mer Méditerranée pour alimenter deux navettes qui circuleront à Paris et dans le port de Marseille. Et Toyota de fournir des véhicules et des solutions de mobilité zéro émission.

© Photos : Toyota


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Article Précédent

Jackson Wang, ambassadeur de la capsule FENDI FF Vertigo

Article Suivant

Alexander McQueen Automne/Hiver 2021-2022, coupes hybrides et lignes épurées au rendez-vous