Vuarnet

CÉLÉB STYLE

James Bond toujours fidèle aux lunettes Vuarnet

Repoussé plusieurs fois en raison du COVID-19, James Bond reprendra son service pour de bon le 8 octobre prochain, dans la vingt-cinquième aventure cinématographique de l’espion le plus célèbre de Sa Majesté « Mourir peut attendre » – cinquième et dernière pour Daniel Craig qui incarne…

Davantage

James Bond toujours fidèle aux lunettes Vuarnet

CÉLÉB STYLE
Vuarnet x James Bond - Mourir peut attendre

Repoussé plusieurs fois en raison du COVID-19, James Bond reprendra son service pour de bon le 8 octobre prochain, dans la vingt-cinquième aventure cinématographique de l’espion le plus célèbre de Sa Majesté « Mourir peut attendre » – cinquième et dernière pour Daniel Craig qui incarne le personnage.

Dans ce nouvel épisode, James Bond verra de nouveau le monde en Vuarnet. Le grand séducteur qu’est James Bond sait rester fidèle quand il le veut. En effet, après avoir porté le modèle Glacier dans le film « Spectre« , l’agent secret de sa Majesté portera de nouveau les lunettes de Vuarnet.

Dans “Mourir peut attendre” (“No Time To Die”), Daniel Craig porte plusieurs modèles de lunettes de soleil de la marque, notamment celui Vuarnet Edge 1613 dans une scène à la manœuvre d’un avion spécial.

L’acteur a également porté ce modèle, en dehors du plateau, lors de grands événements comme au Grand Prix de Grande-Bretagne de Formule 1 en juillet 2019 et au Festival international du film de Toronto en septembre 2019.

VUARNET ouvre son premier flagship américain à New York

SPOT

Entre la célèbre marque française de lunettes VUARNET et les États-Unis est une longue d’histoire d’amour et de passion qui remonte à 1960. Cette année là, le skieur français Jean Vuarnet, lunettes monture 02 dotées du fameux verre Skilynx de l’opticien Roger Pouilloux aux yeux, arrache la médaille d’or aux Jeux Olympiques d’hiver de Squaw Valley, en Californie. Suite à sa victoire, Jean Vuarnet a accepté de donner son nom à la marque Skilynx Acier de Roger Pouilloux et Joseph Hatchiguian, rebaptisée en Vuarnet. La maison VUARNET était née.
La décennie suivante et dans les années 80, la marque connaît son âge d’or en Amérique et a été choisie comme partenaire officiel des Jeux olympiques de Los Angeles en 1984. Les Américains sont ainsi tombés amoureux des lunettes de VUARNET et de nombreuses célébrités ont adopté ses modèles comme Mick Jagger, inséparable du modèle 02, Miles Davies et Jake Gyllenhaal, grands fans du Glacier ou encore Jeff Bridges – alias The Dude – qui ne qui jamais le modèle 03 dans le long métrage The Big Lebowski des Frères Coens.
Distribuée Outre-Atlantique jusqu’à maintenant seulement chez les détaillants et dans les chaînes de grands magasins américaines, VUARNET franchit une nouvelle étape de son développement et de sa croissance retrouvée avec l’ouverture de sa toute première boutique à New York.


Située dans le quartier de Nolita au 39 SPRING STREET, au cœur de Little Italy et à deux pas de Supreme, dans un quartier en pleine mutation, la première adresse américaine de VUARNET abrite l’intégralité de ses collections : des lunettes solaires, collections textiles beachwear et skiwear ainsi que des éditions limitées et exclusives, comme celle créée en collaboration avec Noah. Dessinée par Brendon Babenzien, l’ancien directeur créatif de Supreme, la capsule comprend des sweats à capuche bleus ou blancs, des sweatshirts et des T-shirts, la plupart ornés du logo Vuarnet.


Après 3 années de développement aux Etats-Unis, l’ouverture de notre flagship à New York est une étape clé pour VUARNET. Nous avons de belles ambitions ici, car la marque est connue et désirée”, affirme Lionel Giraud, le PDG de la marque. Actuellement, la marque est présente aux États-Unis à travers d’un réseau de 350 opticiens sur l’ensemble du territoire. Elle est distribuée dans les plus prestigieux department stores américains comme Bergdorf Goodman, Neiman Marcus et vient d’ouvrir un site e-commerce : us.vuarnet.com qui a précédé de peu l’ouverture de son flagship newyorkais.

Vuarnet x Noah, une collab’ qui annonce un été très stylé

MODE

C’est une collaboration qui va au-delà du pré-carré créatif du lunettier parisien Vuarnet, confirmant son enrôlement dans le lifestyle que témoignent ses récentes collaborations avec des labels premium comme AMI, RAG&BONE et maintenant avec la marque newyorkaise NOAH créée par Brendon Babenzien, ex directeur artistique de SUPREME.


La collection capsule en édition limitée, aux influences sportswear rétro, comprend treize pièces. Outre les trois modèles de lunettes de soleil de forme iconique wayfarer, elle inclut également une ligne de vêtements et d’accessoires aux couleurs estivales où domine le bleu marine : hoodies, t-shirts, maillots de bain, casquettes, serviettes de plage et tote bags.
Lorsque nous avons ouvert notre boutique NOAH à Soho, je désirais déjà associer mes collections de vêtements à Vuarnet car je gardais en mémoire cette marque culte dont je possédais un modèle étant plus jeune. Vuarnet partage la même philosophie et esthétique que NOAH. Les montures sont conçues pour appréhender toutes les conditions de lumière, de la montagne à la mer en conservant un style très élégant”, a déclaré Brendon Babenzien, fondateur et directeur artistique de NOAH.


La collection avec des prix allant de 49€ à 219€ est actuellement disponible à la boutique Vuarnet à Paris (28 rue Boissy d’Anglas, 75008), en exclusivité au Bon Marché Rive Gauche, dans les boutique NOAH à New York et Tokyo, à Londres chez Dover Street Market, ainsi qu’en ligne sur vuarnet.com et sur noahny.com.

Quitter la version mobile