New York

Le portrait de Marilyn Monroe par Andy Warhol adjugé pour 195 millions de dollars aux enchères

Marilyn Monroe x Andy Warhol Enchère

Shot Sage Blue Marilyn”, le portrait de Marilyn Monroe par Warhol a été adjugé pour 195 millions de dollars, au bout de quatre minutes d’enchères, devenu ainsi l’œuvre du XXe siècle la plus chèrement vendue aux enchères, lundi soir à New York.

Comme nous avons parlé dans ce post, Christie’s New York a organisé une vente aux enchères exceptionnelle de 34 chefs-d’œuvre de la collection de Doris et Thomas Ammann, frères et sœurs suisses et cofondateurs de Thomas Ammann Fine Art AG , l’un des espaces artistiques les plus influents d’Europe.

Parmi ces chefs-d’œuvre mis en vente, figure “Shot Sage Blue Marilyn” de Andy Warhol, un tableau exécuté deux ans après la mort tragique de l’icône glamour d’Hollywood par le maître américain du pop art. Estimé aux alentours de 200 millions de dollars, le tableau est parti en quatre minutes au prix exact de 195,04 millions de dollars, frais inclus, dans une salle bondée du siège de la maison Christie’s, au cœur de Manhattan. Il n’a pas atteint le prix estimé de 200 millions de dollars avancé par Christie’s avant la vente, ce qui ne l’empêche pas de battre le précédent record pour une œuvre du XXème siècle aux enchères, “Les femmes d’Alger (version 0)” de Pablo Picasso (179,4 millions de dollars en mai 2015).

De sorte, “Shot Sage Blue Marilyn” de Warhol est devenue non seulement l’œuvre d’art du XXe siècle la plus chère vendue aux enchères, mais aussi la deuxième œuvre d’art la plus chère de tous les temps – juste derrière Salvator Mundi de Léonard de Vinci, qui vendu chez Christie’s en 2017.

La maison d’enchères, propriété de l’homme d’affaires français François Pinault, a précisé lors d’une brève conférence de presse que l’offre qui avait emporté le “Marilyn” avait été faite depuis la salle. Selon plusieurs spécialistes des enchères présents sur place, l’offre est venue du marchand d’art américain Larry Gagosian, propriétaire des galeries du même nom, mais on ignore s’il agissait pour son compte ou celui d’un client. Christie’s n’a pas souhaité faire de commentaire sur l’acheteur.

La totalité de la vente, soit 317 millions de dollars réalisés sur 34 des 36 lots vendus, ira à la Fondation Thomas et Doris Ammann, une organisation nouvellement créée qui se consacre à l’amélioration de la vie des enfants dans le monde.

De plus, l’acheteur de “Shot Sage Blue Marilyn” de Warhol sera invité à s’associer à la Fondation Thomas et Doris Ammann et à jouer un rôle actif dans l’accomplissement de sa mission mondiale pour l’aide à l’enfance. Outre que la totalité de la vente sera reversée à des œuvres caritatives, l’acheteur désignera où 20 % du produit du “Marilyn” de Warhol seront alloués, sous réserve de l’approbation finale de la Fondation.

© Christie’s

Thom Browne transforme New York en « île des jouets » pour l’Automne/Hiver 2022

/

Vendredi soir à New York, Thom Browne a programmé son défilé Automne/Hiver au deuxième étage du Javits Center, un centre de conférences situé à Manhattan – il a décalé sa collection pour mieux s’associer à l’exposition In America : An Anthology of Fashion de son partenaire Andrew Bolton au Costume Institute du Metropolitan Museum of Art qui devrait commencer le 07 mai.

La collection a servi de lettre d’amour à la ville de New York qui, dans les yeux du créateur, “est la ville des jouets et que tout le monde vient ici pour se retrouver ou se créer… C’est un endroit où vous pouvez être fidèle à vous-même et confortable. Cette collection, d’une manière très forte, je voulais célébrer cela”.

La collection est basée sur des jouets… Les adultes viennent au spectacle pour trouver leur jouet correspondant, et leur jouet correspondant est leur vrai moi. D’une certaine manière, parce que les jouets de la collection sont si individuels et uniques à ce qu’est l’objet, je pense que cela représente chaque individu comme un individu unique et véritable”, a-t-il ensuite expliqué.

Les 24 premiers looks sont des versions signature de la couture de Browne, avec des kilts plissés aux motifs pied-de-poule et à carreaux, des pulls en grosse maille torsadée aux rayures tricolores, et beaucoup de costumes gris avec passepoil et panneaux dans des couleurs vives et collégiales. Les 24 looks suivants étaient leurs reflets “conceptuels”, conçus avec une fantaisie et un savoir-faire exceptionnel pour exprimer l’individualité et l’authenticité de l’expression de soi.

© Thom Browne

Les écrins DIOR s’illuminent de mille feux pour célébrer Noël

Chaque année, la période de fêtes de fin d’année, et en particulier Noël, amène avec lui son flot de magie. Les rues s’illuminent et brillent de mille feux, tout comme les façades des boutiques… DIOR.

À cette occasion, les écrins DIOR du monde entier s’illuminent également, avec poésie et luxe. Célébrant la magie de la collection DIOR Croisière 2022 pensée par Maria Grazia Chiuri, les boutiques accueillent les visiteurs dans une atmosphère féerique, exaltée par des installations étincelantes, conçues sur mesure pour chaque lieu. Des étoiles de Noël, ponctuées d’arabesques et sublimées de touches d’or, prennent vie au gré de sculptures, fruits d’un savoir-faire virtuose. Ces œuvres constellent les adresses DIOR – à l’image de l’astre de douze mètres de hauteur veillant sur le 127, avenue des Champs-Élysées, à Paris –, aux côtés de décors inspirés de la nature grecque, ou peuplés de cerfs et de renards.

Tel un écho à ces scénographies envoûtantes, de délicates esquisses réalisées à la main se déploient sur les murs, reflets d’un artisanat d’exception, tandis que des roses blanches s’épanouissent avec grâce au cœur des vitrines de l’univers masculin, évoquant la signature de Kim Jones. Une ode à la beauté des rêves et aux instants suspendus de l’hiver.

Paris Champs-Élysées

© Kristen Pelou
© Kristen Pelou
© Kristen Pelou
© Kristen Pelou

Daegu (Séoul)

Genève (Suisse)

Hambourg (Allemagne)

© Kristen Pelou
© Kristen Pelou
© Kristen Pelou
© Kristen Pelou

New-York (Etats-Unis)

Palais-Royal (Paris)

Rue Saint-Honoré (Paris)

The Galleria (Séoul)

© Kyungsub Shin
© Kyungsub Shin

Ginza (Tokyo)

© DIOR

Dix endroits pour (re)tomber amoureux des États-Unis

© Photo : Enzo Ticà

Ça y est, c’est officiel, les États-Unis seront rouverts au tourisme international le 8 novembre 2021. C’était l’une des nouvelles tant attendues, aussi bien par les voyageurs que par le secteur touristique. Cette annonce a non seulement fait augmenter les réservations d’activités aux États-Unis, mais a également accru les recherches des internautes en quête d’inspiration se demandant “que voir aux États-Unis”.

Notre partenaire Civitatis, spécialisé dans la vente en ligne de visites guidées, d’excursions et d’activités en français dans le monde entier, a dressé une liste de dix idées de destinations iconiques pour profiter à nouveau des États-Unis après plus d’un an et demi sans avoir pu le faire. Avec autant d’attente, il n’est pas question de se tromper dans le choix de sa destination !

New York

© Photo : Andre Benz

La ville qui ne dort jamais ne pouvait pas manquer dans cette liste des 10 endroits pour (re)tomber amoureux des États-Unis. Qui n’a pas envie de se promener à nouveau dans la Grosse Pomme, d’assister à un spectacle coloré de Broadway ou de se régaler avec un succulent burger américain ?

New York est la destination phare de tout visiteur des États-Unis, une ville dont l’offre touristique et culturelle ne laisse personne indifférent. Ce n’est pas pour rien qu’elle est considérée comme la Capitale du Monde.

Retrouvez ici notre sélection de livres sur New York

La Nouvelle-Orléans

© Photo : Rosie Kerr

La Nouvelle-Orléans, dans l’État de Louisiane, est un creuset de cultures qui éblouit par sa cuisine créole, sa bonne musique et ses endroits charmants comme le quartier français. Visiter la Nouvelle-Orléans en février est surprenant : ce mois est celui du célèbre Mardi Gras, un fabuleux défilé de Carnaval au cours duquel la ville s’habille de lumières, de couleurs et de guirlandes pour y faire la fête comme jamais.

Retrouvez ici notre sélection de livres sur la Nouvelle-Orléans

San Francisco

© Photo : Rezaul Karim

Si vous voulez découvrir tout le charme de la Côte Ouest, San Francisco est la ville qu’il vous faut. C’est sans doute l’un des meilleurs endroits pour (re)tomber amoureux des États-Unis : le Golden Gate, la prison d’Alcatraz, les forêts de Muir Woods ou ses emblématiques rues escarpées n’en sont que quelques exemples.

Le multiculturalisme est l’un des traits les plus distinctifs de San Francisco, comme en témoignent certains de ses quartiers les plus populaires, tels que Chinatown, Mission District et Haight-Ashbury.

Retrouvez ici notre sélection de livres sur San-Francisco

Nashville

© Photo : Kristi Tharpe

Le berceau du pays est un autre des meilleurs lieux pour retomber amoureux des États-Unis. Nashville est la capitale de l’État du Tennessee et est connue comme l’Athènes du Sud, en raison de ses nombreux bâtiments à l’architecture néoclassique (elle possède même un Parthénon, comme la capitale grecque). Nashville est aussi appelée Music City. Des stars comme Miley Cyrus et Taylor Swift y sont nées, ainsi que des groupes de rock comme Kings of Leon et Paramore.

Retrouvez ici notre sélection de livres sur Nashville

Phoenix

© Photo : Drew Hays

Phoenix en tant que ville n’a pas grand intérêt, il faut le dire. Quelques demeures victoriennes pittoresques, mais pas grand-chose d’autre. Cependant, nous devons la mentionner parce qu’elle se trouve juste à côté du désert d’Arizona, l’un des endroits les plus représentatifs du sud-ouest des États-Unis. L’emblématique Route 66 passe par ici, que vous connaissez peut-être grâce aux nombreux films américains dans lesquels elle a été empruntée. L’image d’une Harley Davidson descendant une longue autoroute avec un canyon en arrière-plan vous dit quelque chose ? Eh bien, nous y voilà.

Retrouvez ici notre sélection de livres sur Phoenix

San Diego

© Photo : Ameer Basheer

San Diego est l’une des villes les plus touristiques du sud de la Californie, un lieu de plages idylliques et d’attractions telles qu’Old Town, le spectaculaire Balboa Park ou encore le Crystal Pier. Elle a également la chance de posséder l’un des plus grands zoos du monde.

Avez-vous entendu parler des vents de Santa Ana ? Il s’agit d’un phénomène météorologique qui se produit dans certaines parties de la Californie du Sud, notamment à San Diego. Ces vents, également appelés vents du Diable, ont leur propre légende, qui dit que lorsqu’ils soufflent, les gens ont tendance à se comporter de manière inhabituelle.

Retrouvez ici notre sélection de livres sur San Diego

Charleston

© Photo : Leonel Heisenberg

Eh oui, Charleston n’est pas seulement un type de danse. C’est aussi une ville de Caroline du Sud, connue pour ses charmantes rues de cottages aux couleurs pastel et son atmosphère méridionale. Un autre lieu idéal pour (re)tomber amoureux des États-Unis.

Il est intéressant de faire une visite guidée et de se plonger dans l’histoire de Charleston, marquée par des épisodes sombres comme l’esclavage et le déclenchement de la guerre civile.

Boston

© Photo : Jimmy Woo

Boston est sans aucun doute l’un des meilleurs endroits pour retomber amoureux des États-Unis. Une ville qui déborde d’histoire de tous les côtés et qui est considérée comme l’un des centres universitaires du pays. Rien d’étonnant à cela, puisque c’est là que se trouvent certaines des plus prestigieuses universités américaines, telles que Harvard ou l’université de Boston.

Retrouvez ici notre sélection de livres sur Boston

Santa Fe

Des maisons en adobe entourées de montagnes ? Sommes-nous vraiment aux États-Unis ? Oui, au Nouveau-Mexique, l’État qui sépare les États-Unis de ses voisins mexicains. Il s’est fait connaître au cours du XIXe siècle, lorsqu’il est devenu un point de passage obligé sur la Piste de Santa Fe, la route commerciale reliant le Missouri aux États désertiques du sud.

Retrouvez ici notre sélection de livres sur Santa Fe

Galveston

Galveston est une ville peu connue de l’État du Texas, proche de Houston. Ses longues plages et son architecture victorienne attirent de nombreux touristes, mais l’une de ses principales attractions est le Galveston Island State Park, un parc d’attractions en bord de mer situé sur une jetée qui offre une image de carte postale authentique de la ville.

Retrouvez ici notre sélection de livres sur Galveston

« SHARE », la nouvelle sculpture monumentale de KAWS dressée devant le Rockefeller Center

Jason Mendez / Getty Images

SHARE est le nouveau gardien géant de l’emblématique Rockefeller Center à New York. Dressant fièrement sur le Center Plaza, il souhaite la bienvenu à tous les visiteurs de ce complexe unique composé de 19 édifices construit en 1929 par l’homme d’affaires John D. Rockefeller.
SHARE est la nouvelle création monumentale de l’artiste KAWS, l’un des chouchous du marché de l’art contemporain.

La figurine en bronze de presque cinq mètres et demi de haut présente le personnage emblématique de KAWS “COMPANION”, tenant à la main gauche une “BFF” rose miniature – “COMPANION” et “BFF”, une imitation à fourrure d’Elmo que l’artiste a présentée pour la première fois en 2016, étant deux motifs favoris et récurrents de l’artiste américain, de son vrai nom Brian Donnelly. L’installation coïncide avec l’exposition Kaws: What Party de KAWS au Brooklyn Museum qui dure jusqu’au 5 septembre.

Jason Mendez / Getty Images

Je réfléchissais à ce que cette zone (le Center Plaza du Rockefeller Center, ndlr) signifie pour moi”, a déclaré KAWS. “La verticalité de toute l’architecture et la visite du Rockefeller Center quand j’étais enfant, les yeux levés et le sentiment d’être submergé, je voulais une sculpture qui puisse se rapporter à ces sentiments.

Jason Mendez / Getty Images

Dans SHARE, le “COMPANION” est censé représenter un sentiment de tristesse, de peur et d’isolement suite à de longues périodes de confinement dues à la pandémie, tandis que la poupée “BFF” qu’il porte suggère le confort dont beaucoup d’entre nous ont besoin.

Diane Bondareff / AP Images pour Tishman Speyer

“KAWS a créé un langage universel pour quiconque interagit avec ses personnages immédiatement reconnaissables. Le travail de KAWS subvertit les attentes tout en se sentant à la fois familier et stylisé, et le fait que SHARE clôture notre saison d’art estivale au Rockefeller Center résume parfaitement notre propre engagement à contraster les différents cultures, les styles et l’énergie”, a déclaré EB Kelly, directeur général de Tishman Speyer supervisant le Rockefeller Center.

Diane Bondareff / AP Images pour Tishman Speyer

SHARE est visible au Rockefeller Center jusqu’au 8 octobre.

Rockefeller Center
45 Rockefeller Plaza,
New York, NY 10111

Timothée Chalamet co-présidera l’édition 2021 du MET Gala

L'acteur Timothée Chalamet lors de la première du film "The King" en 2019. © ARTHUR MOLA / ARTHUR MOLA / INVISION / AP

Pour son retour en septembre, le MET Gala sera co-présidé par la nouvelle coqueluche de Hollywood, Timothée Chalamet, aux côtés de Billie Eilish, Amanda Gorman et Naomi Osaka.

Reporté en raison de la pandémie, la grand-messe de la mode du Métropolitan Museum of Art, le MET Gala fera son retour le 13 septembre prochain à New York. Son édition 2021 fera peau neuve et aura plusieurs nouveautés, à commencer par le vent de fraîcheur qui soufflera sur cet événement très attendu : la soirée sera co-animée par quatre personnalités de moins de trente ans : l’acteur Timothée Chalamet, le musicien Billie Eilish, la poète Amanda Gorman et la star du tennis Naomi Osaka.

Nouvelle coqueluche du cinéma mondial et véritable icône de la mode, l’acteur franco-américain de 24 ans, propulsé devant la scène par son rôle d’Elio Perlman dans Call Me by Your Name de Luca Guadagnino, est courtisé par les grandes maisons de luxe. Régulièrement aperçus sur les podiums des fashion weeks et sur les tapis rouges et vêtus de créations de Louis Vuitton, Gucci, Berluti, Haider Ackermann ou Alexander McQueen, Timothée Chalamet a été élu, l’année dernière, l’homme le mieux habillé de la planète par le magazine GQ version britannique.

L’acteur Timothée Chalamet lors de la première du film « The King » en 2019. © ARTHUR MOLA / ARTHUR MOLA / INVISION / AP

Le designer et réalisateur Tom Ford, le directeur d’Instagram Adam Mosseri, et la directrice du contenu et de la rédaction mondiale de Vogue Anna Wintour se joindront à ces quatre personnalités parmi les plus influentes de notre époque en tant que présidents d’honneur de la soirée.

Connu comme “la plus grande soirée de la mode”, le MET Gala revient cette année avec un double thème 100% américain : “In America : A lexicon of Fashion” et “In America: An Anthology of Fashion”, soit une exposition en deux parties qui célébrera la mode purement américaine à travers les années.

La première partie, “In America : A lexicon of Fashion” (“En Amérique: un lexique de la mode”) ouvrira ses portes au Metropolitan Museum of Art le 18 septembre. Elle explore le vocabulaire moderne de la mode américaine et le met en regard avec les enjeux sociaux d’équité, de diversité et d’inclusion qui traversent le pays aujourd’hui.

Sa deuxième partie, intitulée “In America: An Anthology of Fashion” (“En Amérique: une anthologie de la mode”), aura lieu du 8 mai au 5 septembre 2022. Elle abordera les trois siècles de créativité et de style, compris entre 1670 et 1915, en Amérique dans une perspective plus politique et plus engagée. C’est la question de l’identité qui sera interrogée à travers l’exposition. Une thématique qui trouve un écho particulier dans le poème d’Amanda Gorman, qui co-présidera également la soirée aux côtés de Timothée Chalamet, prononcé lors de l’investiture de Joe Biden, que l’on peut lire comme un appel à une Amérique unie dans sa pluralité.

Timberland x Alife se retrouvent autour d’une 3ème collab en hommage à New York

Alife et Timberland entretiennent une relation de partenariat qui remonte à plus d’une décennie, et maintenant les deux partenaires se sont à nouveau unis autour d’une troisième collaboration.

Rendant hommage à New York, la collection collaborative braque la lumière sur la rencontre entre le patrimoine artisanal et la culture urbaine. Le résultat est une nouvelle déclinaison de l’iconique chaussure bateau à trois œillets de Timberland en dans deux coloris classiques et revisitée avec des matériaux durables.

Ce modèle qui a vu le jour en 1978 a été habillé, à cette occasion, d’un habit en cuir issu d’une tannerie indépendante classée argent pour ses pratiques environnementales, et des semelles épaisses à double niveau en EVA. La première déclinaison s’est vêtue d’une robe en daim/nubuck de couleurs vert et marron, inspirée du célèbre coloris “Beef & Broc” de Timberland. Quant au second coloris, il vient avec une tige en cuir bordeaux, complétée par une semelle imposante beige et marron – la semelle est noire sur le premier coloris.

Chaque coloris est agrémenté de plus d’un marquage Alife frappé vers le talon, de lacets en cuir brut ainsi d’une doublure de couleur orange signature de Timberland.

Le modèle “Authentics 3-Eye Thickened Lug” Alife x Timberland est d’ores et déjà disponible sur alifenewyork.com et sur timberland.com.

La collaboration BOSS x Russell Athletic enfin lancée à New York

BOSS x Russell Athletic, la collection capsule décontractée qui combine l’expertise de HUGO BOSS en matière de tailoring et l’esthétique sportswear de Russell Athletic.

Le casual wear (vêtements décontractés) est plus que jamais au cœur des tendances actuelles depuis que nous sommes depuis plus d’un an maintenant contraints de rester davantage à la maison à cause de la pandémie mondiale. Saisissant parfaitement l’intérêt grandissant des consommateurs pour ce style, BOSS est déterminée à s’imposer dans cet univers en multipliant les collaborations avec des acteurs majeurs du sportswear et du casual wear.

Le lancement le mois dernier de sa collaboration avec la Ligue NBA fait partie de cette stratégie, tout comme celle avec Russell Athletic qui vient d’être dévoilée hier à New York.

L’événement diffusé en direct sur BOSS.com depuis le légendaire Gotham Hall de New York rassemble de nombreuses célébrités parmis lesquelles Ashley Graham, Bella Hadid, Lucky Blue Smith, Keith Powers, Anthony Reeves, Taylor Hill et Miles Richie, le fils de Lionel Richie.

La collaboration Boss x Russell Athletic, inspirée des archives des deux marques, comprend une trentaine de vêtements, accessoires et chaussures – dont la plupart sont unisexes – qui allient l’expertise de BOSS en matière de couture avec l’esthétique sportswear de Russell. L’assortiment inclut des blazers et des shorts sur mesure ainsi que des joggeurs, des pulls molletonnés, des pulls et des blousons aviateur.

Le côté casual-sport est un élément clé de nos collections BOSS, c’est donc le moment idéal pour travailler avec un pionnier dans ce domaine. Russell Athletic a inventé le sweatshirt il y a près de 100 ans, travailler avec une marque détentrice d’un tel héritage est une source inépuisable d’inspiration”, a déclaré Ingo Wilts, directeur de la marque HUGO BOSS.
Nous sommes ravis de nous associer avec l’une des plus grandes marques de mode du monde pour créer une collection mêlant mode et sport afin de réinventer des pièces emblématiques”, a ajouté Ricardo Aranda, vice-président de Russell Athletic.

Pour le lancement de la collaboration, les deux partenaires ont travaillé avec Highsnobiety qui a développé une campagne et un film tourné par Joshua Kissi.

BOSS x Russell Athletic ont également fait savoir qu’une deuxième collection sera lancée en septembre.

adidas lance une expérience de personnalisation avec l’artiste Shantell Martin

Les célébrations du 50e anniversaire de la Superstar de l’année dernière ont peut-être pris fin, mais adidas n’a pas fini de sortir de nouvelles collaborations sur cette silhouette emblématique, la mettant toujours au cœur de l’actualité.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Cette fois, la marque aux trois bandes s’est associée à l’artiste visuel new-yorkaise d’origine britannique Shantell Martin via son expérience MakerLab – MakerLab est l’espace créatif de l’équipementier allemand pour personnaliser les articles au sein de ses magasins.

Ainsi, les intéressés peuvent personnaliser les équipements adidas en appliquant les designs signature de Shantell Martin sur des t-shirts et bien sûr, sur la Superstar. Connue pour ses illustrations en noir et blanc qu’elle réalise à grande échelle, souvent sous forme de performance en direct, l’artiste britannique est une collaboratrice régulière avec des acteurs de l’univers de sneakers, comme avec PUMA à de nombreuses reprises.

Les illustrations disponibles lors de cette expérience symbolisent, selon l’artiste, “de nombreux moments, des moments qui sont ici pour rester, ici pour changer le présent et l’avenir, et ici pour être vus et reconnus”, a-t-elle expliqué. “Le travail au cœur de cette expérience est une célébration des femmes et de l’expérience noire et du futur où les barrières auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui n’existeront plus … et en tant que femme noire, ce travail est très personnel pour moi, pas seulement en Février, le mois le plus court de l’année, mais tous les jours, de chaque année”.

Cette expérience immersive est à faire, avis aux amateurs si vous vous trouvez dans la grosse pomme, jusqu’au 17 mars 2021 au adidas MakerLab de New York.

Le musée Guggenheim de New York lance un sweat à capuche pour célébrer le prix HUGO BOSS 2020

Pour célébrer le prix HUGO BOSS 2020, le musée Guggenheim et BOSS ont collaboré pour créer un sweat à capuche en édition limitée, accompagné d’une expérience de réalité augmentée.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Le sweat-shirt unisexe présente un graphique de la célèbre structure conçue par Frank Lloyd Wright du Guggenheim imprimé sur un tissu rayé blanc et gris. Et lorsqu’on la passe devant l’appareil photo de son smartphone, via un filtre Instagram, l’image du musée d’art moderne de la Cinquième avenue à New York se superpose sur celle en filigrane apparue sur le smartphone, avant de faire déclencher le branding BOSS qui vient apparaître à l’écran. De telle sorte, le ou la porteur(se) peut se prendre en photo, portant alors le sweat shirt au logo BOSS.

Cette année, le prix très convoité HUGO BOSS du musée Guggenheim a été décerné à la photographe de 41 ans Deana Lawson, la toute première artiste travaillant dans la photographie à recevoir ce prix prestigieux.
Combinant des éléments de documentaire, de portrait et de scénographie, Deana Lawson utilise le corps et les environnements domestiques pour explorer les thèmes de la famille, de l’identité et de la communauté.

Le sweat shirt Guggenheim x HUGO BOSS 2020 est en vente sur l’eShop de hugoboss au prix de 169,95€

KITH rend hommage à New-York à travers une nouvelle Nike Air Force 1 White

KITH et Nike Sportswear se sont de nouveau réunies pour une nouvelle Nike Air Force 1 centrée sur New York, ville natale du modèle.

Sur cette KITH x Nike Air Force 1 “NYC” White en cuir de qualité premium, plusieurs symboles font directement référence à la “Big Apple”. Premièrement, sur le côté extérieur de la chaussure, on trouve une “NYC” brodée, mais aussi un Swoosh orange qui fait directement référence aux Knicks, la franchise de basket-ball phare de la ville.

Si vous aimez notre page, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés !☺

Ensuite, l’hommage se poursuit avec un Swoosh bleu sur le côté intérieur ainsi qu’une “NYC” également brodée, sur le talon.

Une semelle intermédiaire en caoutchouc blanc, rehaussée par une outsole icy bleutée, et plusieurs brandings KITH complètent ce nouveau look.

Cette KITH x Nike Air Force 1 “NYC” White est attendu pour l’automne 2020 sur Kith.com, à un prix oscillant autour des 110€.

MOSCOT rend hommage à la ville de New York avec sa collection en édition limitée « New-York Rose Custom Made Tint »

Moscot rend hommage à sa ville d’origine New York à travers sa nouvelle collection “New-York Rose Custom Made Tint”.

La marque américaine décline ses trois modèles emblématiques: ARTHUR, LEMTOSH-TT SE et MILTZEN dans la couleur de la rose, la fleur emblème de la ville qui ne dort jamais – la rose est devenue l’emblème floral national des États-Unis en novembre 1986 par la résolution 5574 signée par le président Ronald Reagan.

Ainsi, ces trois modèles de lunettes de la marque de Lower East Side ont vu leurs verres teintés de la couleur “dusty pink” dont la confection et la teinture ont été réalisées à la main. Quant aux montures, elles sont en acétate cristal et ont été fabriquées à la main de manière artisanale.

ARTHUR
ARTHUR
LEMTOSH
LEMTOSH
MILTZEN
MILTZEN

La collection Moscot “New-York Rose Custom Made Tint” en édition limitée est disponible sur Moscot.com jusqu’au 7 septembre.

PUMA dévoile sa toute première montre connectée au sommet de l’Empire State Building

Le 13 novembre dernier, l’équipementier allemand PUMA a choisi le sommet de l’emblématique Empire State Building pour présenter sa toute première montre connectée.

Elle a été dévoilée lors d’une exclusive session d’entraînement, qualifiée de “la plus haute de New York” et aux premières heures du jour, à laquelle furent conviés 75 invités (journalistes, influenceurs et athlètes) qui ont pu la tester ainsi que son application PUMATrac.

Dévoilée début septembre, lors du salon high-tech IFA à Berlin, la toute première montre connectée de PUMA est équipée de Snapdragon Wear 3100 de Qualcomm et fonctionne sous la technologie Wear OS de Google.

Conçue pour aider les sportifs à s’entraîner, se motiver, suivre leurs objectifs et rester connectés pendant la session d’activité, la nouvelle montre connectée PUMA est extrêmement légère, l’une des plus légères du marché, de par son boîtier en nylon ajouré et aluminium. Son bracelet, texturé en silicone assure une bonne adhérence au poignet, tout en permettant une évacuation rapide de la transpiration.

Comme la plupart des montres connectées du marché, celle de PUMA offre également le choix entre plusieurs cadrans interactifs et entièrement personnalisables, dont l’écran “Scorecard” qui affiche l’heure, la date et le rythme cardiaque, celui “Reach” qui remplit le cadran de cellules vertes (détail emblématique de la marque) dès que l’on s’approche de son objectif quotidien d’activité, tandis que l’écran “Heartrate” reflète la fréquence cardiaque au moyen d’une longueur d’onde colorée. Enfin, dans celui “Bounce”, les données sont affichées dans un ballon de football ou de basket-ball (au choix) rebondissant.
Son ou sa propriétaire peut également télécharger des photos de son compte Facebook ou Instagram, pour les afficher directement sur sa montre connectée – un moyen supplémentaire de personnaliser son cadran.

La montre de PUMA est également équipée d’un suivi GPS, un Google Assistant pour gérer les tâches du quotidien, d’un monitoring du rythme cardiaque, de la météo actualisée en temps réel ainsi que de la possibilité de se connecter à Spotify et à Google Pay grâce à sa puce NFC.
Elle est en outre compatible avec l’application PUMATRAC, lancée récemment par l’équipementier. Cette dernière permet de suivre les courses en extérieur comme à l’intérieur, en mesurant en continu la distance parcourue, la durée, le rythme cardiaque et les calories brûlées, un excellent moyen de rester en permanence en contact avec ses objectifs fixés.

La montre connectée PUMA est commercialisée au tarif de 279€ sur puma.com, mais auprès d’une sélection de distributeurs.

Coach dévoile sa campagne de Noël 2019, avec Kate Moss et Miles Heizer

/

Les premières campagnes de Noël 2019 des grandes maisons de luxe commencent à être dévoilées au fur et à mesure que s’approchent les fêtes de fin d’année, telle Coach qui vient de dévoiler la sienne, incluant un casting riche et cosmopolite.

Wonder For All”, la campagne de fin d’année 2019 de Coach met en scène l’ambiance festive d’une soirée d’un groupe d’amis passée dans une maison typique de New York, dans l’Upper West Side. L’esprit magique de partage, de générosité, d’amour et d’amitié est bien entendu au rendez-vous de cette campagne photographiée par Juergen Teller.

Le casting inclut Yara Sahidi, Kate Moss, Megan Thee Stallion, le mannequin Fernanda Ly, l’acteur Miles Heizer, ainsi qu’un drôle de personnage à plumes.

On retrouve sur cette campagne la nouvelle collection Horse and Carriage de la marque américaine. Lancée dans les années 50, la collection Horse and Carriage se voulait être le symbole de New York et de l’héritage du savoir-faire de Coach. Cette saison, la collection réinterprète le motif emblématique Horse and Carriage en une déclinaison colorée sur le prêt-à-porter et la maroquinerie.

« Wonder For All » est aussi une série de vidéos écrites et réalisées par Bunny Kinney. On y aperçoit Spike et Tonya Lee, l’actrice et mannequin Cami Morrone, Bob the Drag Queen (vainqueur de la saison 8 de Ru Paul’s Drag Race), ainsi que l’écrivain, acteur et producteur Ben Sinclair. A noter aussi, une apparition des membres de la famille Shahidi et des Newark Boys Choir. Les vidéos mettent à l’honneur la joie d’être ensemble pendant la période la plus festive de l’année.

Les clients de Coach au Japon auront accès à un jeu vidéo en édition limitée, dans lequel Rexy, la gentille mascotte, fera du snowboard dans des mondes animés de Coach, et aura pour but de se rendre à la soirée de Noël.

A$AP Rocky rend hommage à Harlem dans son dernier clip « Tony Tone »

Le rappeur américain A$AP Rocky vient de dévoiler le clip du single « Tony Tone« , issu de son dernier album « Testing ».
Originaire de Harlem, à New York, A$AP Rocky est très attaché à son quartier qui est très souvent mis en scène dans ses clips dont le dernier en date est celui du morceau « Tony Tone« , troisième extrait de son album « Testing » sorti en mai dernier et quatrième clip dévoilé par le rappeur en moins de trois semaines !

Entourée de sa clique de copains A$AP Illz, A$AP TyY, A$AP Twelvyy et de son protégé Smooky MarGielaa, la star américaine déambule parée de tous les accessoires bling-bling, indissociables du vestiaire d’un parfait rappeur : chaînes en or, dents en diamants, liasses de dollars, strass ou bandana au cou pour une dégaine street et provocatrice. Il fait les quatre cents coups sur un quad, entre deux bouffées de shit et des enchaînements de doigts d’honneur, dans les grandes avenues de Harlem puis sillonne ensuite la Grosse Pomme à vélo et à pied avec son team.
« Tony Tone » est la troisième piste de son dernier album “Testing”. Ce clip fait suite à celui de « Gunz N Butter » avec Juicy J et « Fukk Sleep » avec FKA Twigs. Le mois dernier, le sulfureux rappeur a en outre publié le titre « Sundress« , dans lequel il reprenait un sample du titre « Why Won’t You Make Up Your Mind » du groupe australien Tame Impala.
Une mise en bouche avant sa tournée américaine “Injured Tour” prévue en 2019.

Versace Pré-Automne 2019, La marque défilé pour la 1ère fois à New York

/

Donatella Versace aime New York, mais la marque fondée en 1978 par son feu-frère Gianni Versace n’a jusqu’à maintenant jamais eu l’occasion de défiler dans “La Grosse Pomme”, à l’exception du show de sa ligne sœur Versus, il y a quelques années, et celui de Versace x H&M en 2011. Ce vice est désormais réparé, avec le défilé de Versace qui a eu lieu dimanche dernier dans l’enceinte du New York Stock Exchange, la plus grande bourse mondiale.

La date n’a pas été choisie au hasard, puisqu’elle coïncidait avec le jour d’anniversaire du fondateur de la marque, Gianni Versace.

Pour son premier défilé New-yorkais, la créatrice a choisi bien entendu de célébrer la métropole qui ne dort jamais, en associant l’emblématique médusa, signature de la Maison, au célèbre logo “I love NY” de Milton Glaser. Les références à cette ville qu’elle aime particulièrement, et où elle a eu de souvenirs mémorables passés en compagnie de son frère défunt, sont fortement présents dans la collection. Elle puise, pour ce faire, dans les archives de la maison et ressuscite plusieurs pièces emblématiques, les revisite avec les codes de la culture américaine.

Il y a également beaucoup d’imprimés animaux, notamment des rayures zébrées, et d’indissociables motifs baroques, associés à une palette de couleurs vives, font de cette collection un vestiaire exubérant pour hommes qui n’ont peur pas d’assumer leur différence… de style !

Alexander Wang Pré-Automne 2019 Collection 2

/

Samedi soir dernier, Alexander Wang a présenté sa collection Pré-Automne 2019 dans l’enceinte de la Williamsburgh Savings Bank de Brooklyn.


Surnommé “COLLECTION 2”, sa collection a repris là où s’est arrêtée la précédente présentée en juin 2018. Alors que la “COLLECTION 1” explorait ses racines sino-américaines et son statut d’immigré, celle-ci prône la “célébration du type arriviste à l’américaine”.
La collection, qui englobe une variété de looks pour hommes, est une fusion des stéréotypes des quartiers résidentiels et ceux des banlieues, tout en représentant fortement le clivage de ces deux mondes. Parmi les pièces phares, il y a des imprimées léopard, des vestes et des gilets en cuir et des boucles de ceinture en laiton surdimensionnées qui ressemblaient à la fameuse ceinture H de Hermès. Il y a également des blazers pour hommes coupés généreusement comme des sweat-shirts et un polo surdimensionné associé à un short de cycliste en cuir. La nostalgie des années 80 transparaît dans le graphique “PA! N” inspiré du tennis imprimé sur les polos en seersucker, tandis que de minces colliers en or et des cheveux lissés à l’arrière soulignent la mentalité des voyous/arnaqueurs.

Richard Mille ouvre sa plus grande boutique au monde à Manhattan

La marque de montres de luxe suisse Richard Mille a ouvert le mois dernier à New York sa plus grande boutique au monde, en plein cœur de Manhattan.

Situé au 46 East sur la 57e rue, la neuvième boutique Richard Mille en nom propre sur le continent américain se déploie sur deux étages, avec une superficie totale de 390 m².
De style contemporain et épuré, l’écrin new-yorkais se baigne dans une lumière naturelle qui inonde la boutique à travers sa façade en verre de près de dix mètres de haut. Situé sur la plus haute tour résidentielle de l’hémisphère ouest, ce mur transparent s’étend sur deux étages et est éclairé, de plus, par 50 mètres de lumières LED.


L’extrême technique et la dimension artistique qui définissent les montres Richard Mille inspirent chaque élément de la boutique. Ainsi, 24 panneaux, d’un poids total de 16 700 kg, ont été gravés individuellement sur trois verres pesant 13 tonnes afin de créer la sculpture, animation watch, évoquant le mouvement tourbillon de la RM 008.
Dessiné par l’équipe Richard Mille basée à Paris et réalisée par TPG Architecture, de New York, et Viridis, de Norwalk (Connecticut), l’espace du flagship met en scène les créations de la Manufacture, chacune dans une vitrine en macassar. Les concepteurs de la boutique misent, en outre, le confort des clients au cœur de l’expérience de shopping, avec notamment des revêtements muraux en cuir ornés de fermetures à glissière et les tapis blancs qui créent une atmosphère douillette et confortable.

Au cœur de la boutique est installé un ascenseur développé sur mesure qui transporte les visiteurs au niveau de la mezzanine. À l’instar des montres Richard Mille, sa cabine et sa cage entièrement transparentes permettent d’observer le mécanisme en action et les détails raffinés de chacun des composants. Intégré dans une gaine composée de triples panneaux de verre courbes, maintenus par un placage en métal brossé, poli et anglé – comme les boîtiers Richard Mille -, l’ascenseur crée l’illusion d’une capsule flottante.
Le flagship compte également un bar, des salons VIP ainsi qu’un salon surplombant la 57è rue et une mezzanine à l’atmosphère convivial pour que chaque séance de shopping soit une expérience unique.


Richard Mille
42 E 57th St
New York, NY 10022
États-Unis

VUARNET ouvre son premier flagship américain à New York

Entre la célèbre marque française de lunettes VUARNET et les États-Unis est une longue d’histoire d’amour et de passion qui remonte à 1960. Cette année là, le skieur français Jean Vuarnet, lunettes monture 02 dotées du fameux verre Skilynx de l’opticien Roger Pouilloux aux yeux, arrache la médaille d’or aux Jeux Olympiques d’hiver de Squaw Valley, en Californie. Suite à sa victoire, Jean Vuarnet a accepté de donner son nom à la marque Skilynx Acier de Roger Pouilloux et Joseph Hatchiguian, rebaptisée en Vuarnet. La maison VUARNET était née.
La décennie suivante et dans les années 80, la marque connaît son âge d’or en Amérique et a été choisie comme partenaire officiel des Jeux olympiques de Los Angeles en 1984. Les Américains sont ainsi tombés amoureux des lunettes de VUARNET et de nombreuses célébrités ont adopté ses modèles comme Mick Jagger, inséparable du modèle 02, Miles Davies et Jake Gyllenhaal, grands fans du Glacier ou encore Jeff Bridges – alias The Dude – qui ne qui jamais le modèle 03 dans le long métrage The Big Lebowski des Frères Coens.
Distribuée Outre-Atlantique jusqu’à maintenant seulement chez les détaillants et dans les chaînes de grands magasins américaines, VUARNET franchit une nouvelle étape de son développement et de sa croissance retrouvée avec l’ouverture de sa toute première boutique à New York.


Située dans le quartier de Nolita au 39 SPRING STREET, au cœur de Little Italy et à deux pas de Supreme, dans un quartier en pleine mutation, la première adresse américaine de VUARNET abrite l’intégralité de ses collections : des lunettes solaires, collections textiles beachwear et skiwear ainsi que des éditions limitées et exclusives, comme celle créée en collaboration avec Noah. Dessinée par Brendon Babenzien, l’ancien directeur créatif de Supreme, la capsule comprend des sweats à capuche bleus ou blancs, des sweatshirts et des T-shirts, la plupart ornés du logo Vuarnet.


Après 3 années de développement aux Etats-Unis, l’ouverture de notre flagship à New York est une étape clé pour VUARNET. Nous avons de belles ambitions ici, car la marque est connue et désirée”, affirme Lionel Giraud, le PDG de la marque. Actuellement, la marque est présente aux États-Unis à travers d’un réseau de 350 opticiens sur l’ensemble du territoire. Elle est distribuée dans les plus prestigieux department stores américains comme Bergdorf Goodman, Neiman Marcus et vient d’ouvrir un site e-commerce : us.vuarnet.com qui a précédé de peu l’ouverture de son flagship newyorkais.

Justin Bieber torse nu et en Vilebrequin à New York

Justin Bieber semble décidément vouloir prendre du bon temps, bien loin de la pression de sa Purpose World Tour. Il a été vu, le jeudi 1er juin dernier, à New York au bord d’une piscine en mode torse nu, montrant ses nombreux tatouages. Et pour se plonger dans les eaux claires de la piscine, il a choisi un short de bain de la marque Vilebrequin à l’imprimé tortues.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

VILEBREQUIN Short de bain (210 euros)

© SplashNews.com

Quitter la version mobile