New York Fashion Week

Dion Lee – Automne/Hiver 2021-2022 – New York Fashion Week

/
Dion Lee - Automne-Hiver 2021-2022

Si la pandémie mondiale COVID-19 continue de frapper de plein fouet le secteur de la mode et nombreux de ses acteurs, aussi bien de jeunes labels que des marques solidement établies, elle n’entrave pas pour autant la progression de Dion Lee.

Le designer australien ouvrira en juillet prochain son premier magasin nord-américain à SoHo à New York qui sera son premier avant-poste en dehors de l’Australie où il possède huit magasins. Et dans sa future boutique qu’il a fait défiler sa collection pour l’Automne/Hiver 2021-2022.

Intitulée “Horsepower”, sa collection explore la sensation de force et de contrôle via des références équestres, tels que la sellerie, les brides, les œillères et les étriers, le tout aux proportions exagérées et aux coupes sensuelles qui découvrent la peau, en phase avec la philosophie de la marque.

La collection a également fait ses débuts avec une collaboration avec la marque française Both Footwear, présentant six styles de chaussures en cuir, en shearling, en daim, en cuir de veau ou personnalisés avec cette touche unique de Dion Lee.

© Dion Lee

Casual extravagant, la collection Tom Ford Automne/Hiver 2021-2022 dévoilée

/
Tom Ford - Automne-Hiver 2021-2022

Une façon plus décontractée d’être extravagant”. Voilà la réponse de Tom Ford sur ce que les gens voudraient porter après plus d’un an ponctué de confinements et de couvre-feu.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Contraint de reporter la présentation, initialement prévue pour le 17 février, de sa collection dû au COVID-19 présent dans son atelier à Londres, le designer américain, également président du CFDA, a finalement publié le lookbook de sa collection Automne/Hiver 2021-2022 le 26 février dernier.

Tom Ford explore cette saison le vestiaire de l’homme d’une manière plus décontractée mais luxueuse. Ainsi, il a fait référence à l’attitude habillée-décontractée des années 60 et le punk des années 80 (Paul Simonon de The Clash avec son regard rebelle et ses vestes en cuir brillant était sur le moodboard du créateur).

Ces références ont émergé de cette garde-robe qui équilibre les besoins pratiques du style quotidien avec le désir de l’homme de s’habiller de manière sophistiquée. Il y a beaucoup de pièces en velours et en matière matelassée tandis que les costumes se portent sans cravate. Les matières luxueuses sont partout, comme ces vestes en peau de mouton retournée ou des cols roulés en cachemire.

Et pour rendre hommage au temps passé à la maison, des robes et des pyjamas colorés aux imprimés éclatants complètent la collection. Le tout dans une palette de couleurs incroyablement vives, du caramel au turquoise, en passant par le rose poussiéreux, le vert jade ou le jaune acide qui jaillissent d’une mer de tons neutres.

© Tom Ford

The Stolen Garment – Automne/Hiver 2021-2022 – New York Fashion Week

/
The Stolen Garment - Automne-Hiver 2021-2022 - New York Fashion Week

Lost in Translation”, la nouvelle collection du label the STOLEN GARMENT du designer Sud-coréen Jungwoo Park, diplômé du prestigieux Central Saint Martins en 2017, a été présentée durant la New York Fashion Week en février dernier.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

La collection a été inspirée par le “voyage” du créateur dans une librairie d’occasion à Séoul, en compagnie de ses amis. En parcourant la section des livres poussiéreux du magasin, le créateur s’est inspiré de la tragique émotion de chaque mot qui composait les titres de ces livres, dont la plupart ont été publiés dans les années 90.

Ces mots, Désir, Passion, Dévotion, Néophyte, Amour absolu, Délinquant, Fin du monde, Esprit, Amant de jeu…, Jungwoo Park, alias Woo Park et ses amis, les ont mélangés pour créer des titres de livres convaincants des années 90. Ces jeux de mots ont ensuite été traduits en collages des livres d’occasion qu’il a achetés à la librairie. De cette inspiration, une collection d’ambiance des années 90 hautement stylisée.

© the STOLEN GARMENT

KoH T – Automne/Hiver 2021-2022 – New York Fashion Week

/
Koh T - Automne-Hiver 2021-2022 - New York Fashion Week

S’inspirant des principes du Yin et du Yang et de l’art de la céramique raku de Hon’ami Koetsu – un calligraphe et potier japonais qui a vécu aux XVI et XVIIè siècle – la marque de mode japonaise KoH T s’est focalisée sur le mantra “tout dans ce monde par nature est beau” pour sa collection Automne/Hiver 2021-2022 présentée lors de la New York Fashion Week.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

La collection incarne le luxe urbain avec des nuances sombres, comme le noir profond, du tissu superposé et de la fonctionnalité fondée sur l’artisanat.

Son directeur de la création Taisuke Kohji et son partenaire de design Yumiko Ozawa mettent l’accent sur la personnalité du porteur, en présentant une collection à la fois progressive et renaissance de la tradition.

La beauté humaine reflète le mode de vie et la philosophie d’une personne”. Ils ont adopté une position forte en matière de responsabilité sociale, en s’associant aux lignes de production pour créer un environnement de travail plus conscient. KoH T estime que la vraie valeur des vêtements est à la fois dans le processus, conclu avec un beau produit, non seulement dans l’automatisation mais aussi dans l’intervention humaine – héritée au fil du temps et raffinée par chaque génération.

© KoH T

Heron Preston – Automne/Hiver 2021-2022 – New York Fashion Week

/
Heron Preston - Automne-Hiver 2021-2022 - New York Fashion Week

Between Two Worlds”, ainsi est nommée la nouvelle collection de Heron Preston qui propose des basiques fonctionnels inspirés des vêtements de travail.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Je positionne Heron Preston en tant que vêtement de travail haut de gamme et, par défaut, j’ai un public de travailleurs de la construction et de vrais travailleurs qui suivent mon travail”, a-t-il déclaré. “Je les considère en quelque sorte comme mes athlètes. Et j’écoute mes athlètes comme Nike écouterait ses athlètes”.

Mais face aux gémissements de certains de ses fans qui se plaignent de ne point pouvoir porter ses créations sur les chantiers et dans l’objectif de mettre en œuvre son métier dans le “monde réel”, Preston a commencé à se concentrer sur des pièces portables et robustes aussi bien adaptés aux chantiers de construction qu’à la ville.

De fait, le designer et son équipe ont donc travaillé avec l’Administration de la sécurité et de la santé au travail (OSHA – Occupational Safety and Health Administration) pour obtenir des certifications de sécurité pour sa collection d’automne. Ainsi, des écussons portant le sceau d’approbation de la OSHA viennent orner des vestes à capuche et zippées, des polos et des pantalons de survêtement en textiles ignifuges, en polyesters recyclés ainsi que sur des t-shirts et des shorts antibactériens, insufflant à son éthique éco-conscient un penchant utilitaire.

© Heron Preston

Willy Chavarria – Automne/Hiver 2021-2022 – New York Fashion Week

/
Willy Chavarria - Automne-Hiver 2021 - New York Fashion Week

Après une brève interruption, le designer américain Willy Chavarria revient sur le calendrier de la New York Fashion Week et présente une collection qui revisite ses classiques.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Fidèle à ses racines et à son point de vue inclusif, sa collection automnale tire ses inspirations de la culture cholo, chicano et pachuco, tout en mettant l’accent sur la silhouette, le tissu et la structure. Ses pantalons larges et exagérés caractéristiques sont associés à des chemises surdimensionnées et carrées, des robes sportives en nylon et des survêtements superposés sous des trenchs fabriqués de manière durable.

Les pièces se veulent être intemporelles et égalitaires, destinées à s’adapter à une variété de types de corps. Ses vêtements se délestent aussi des logos lourds ou des graphiques audacieux qui dominaient largement les collections précédentes pour devenir plus raffinés et épurés.

Willy Chavarria a cette saison collaboré avec l’artiste mexicain Carlos Graciano, également connu sous le nom de @sadpapi666 sur Instagram, qui lui a créé deux graphismes à l’esprit des années 90 vus sur deux t-shirts.

© Willy Chavarria

Billy Reid – Automne/Hiver 2021-2022 – New York Fashion Week

/
Billy Reid - Automne-Hiver 2021-2022 - New York Fashion Week

La pandémie et ses nombreux moments de confinement ont permis à de nombreux créateurs de faire une introspection et du recul nécessaire pour réfléchir à l’avenir de leur marque. Et pour le créateur américain Billy Reid, de ces périodes difficiles sont découlés des “moments de réflexion” qui lui ont permis de prendre la température des envies de ses clients suite à une étude de marché qu’il a commandée auprès d’un cabinet d’études.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Les résultats ne pouvaient pas être une surprise. Ce qu’il y a appris, c’est que ses clients veulent des pièces sophistiquées, intemporelles et faciles à porter dans des tissus innovants avec un toucher luxueux et des détails inattendus. Ils ont également tendance à être attirés par les pièces “d’héritage”, avec un accent sur la personnalisation. Et sa collection pour la saison Automne/Hiver 2021-22 est de tout cela !

Parmi les pièces phares de cette saison, on peut citer : un manteau d’officier en laine et coton avec un col ragondin amovible, un manteau gris en laine et lin épais porté sur un costume en laine et soie et une chemise boutonnée délavée, des pantalons moleskin et des tricots emblématiques que tout homme Billy Reid veut certainement s’en emparer.

© Billy Reid

Gabriela Hearst – Automne/Hiver 2021-2022 – New York Fashion Week

/
Gabriela Hearst - Automne-Hiver 2021

La créatrice uruguayenne Gabriela Hearst, récemment nommée à la direction de création de la maison Chloé après le départ de Natacha Ramsay-Levi, tout en assumant celle de son label éponyme, a envoyé le photographe Izack Morales et le cinéaste James Dylan dans les rues enneigées de Manhattan pour capturer ses dernières créations pour hommes pour Automne/Hiver 2021.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Inspirée par le portrait du chef révolutionnaire uruguayen José Gervasio Artigas, considéré comme le père de l’indépendance de l’Uruguay, réalisé par le peintre Juan Manuel Blanes mais aussi par un instantané du père de la créatrice pris lors d’un rare voyage à New York, tous deux étaient des partisans de la gauche uruguayenne, la collection incarne la garde-robe d’essentiels pour passer un hiver confortable sur la côte Est.

Gabriela Hearst mise cette saison beaucoup sur la superposition ainsi que sur les matériaux recyclés comme le feutre de cachemire, la laine pied-de-poule, le cachemire et la soie. Ces matériaux respirant le confort et les motifs unis ou à carreaux apportent une sensibilité certaine de douceur au toucher des vêtements tandis que la palette est riche de couleurs d’automne comme le bleu marine, le vert bouteille, le cuivre, l’écarlate et le bordeaux profond.

© Photos : Gabriela Hearst

Dion Lee – Printemps/Été 2021 – New York Fashion Week

/
Dion Lee - Printemps-Été 2021

Pour sa saison Printemps/Été 2021, l’Australien Dion Lee a trouvé ses inspirations dans le changement climatique de New York qui a vu ces dernières années son climat fortement modifié, passant de zone continentale humide à subtropicale dû à ses hivers de plus en plus chauds et ses pluies torrentielles en été.

Si vous aimez notre page, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés !☺

Ainsi, Dion Lee a investi un entrepôt de Bushwick pour présenter sa collection restée fidèle à l’esprit architectural qui a contribué au succès de sa marque, mais qui s’avère plus adoucie cette saison en raison des impulsions organiques de la nature.

L’un des éléments phares de la collection est les feuilles de Monstera qui symboliserait l’étouffement. L’étouffement dû à la pollution ? au changement climatique causé par les activités humaines et qui bouleverse tout le système organique et menace nombre d’espèces vivantes ?

Les feuilles de Monstera prennent ici l’aspect d’imprimés de camouflage subtils ou viennent “se greffer” sur un haut en cuir moulé. Il teste également de nouvelles expériences avec le macramé, notamment avec ses débardeurs et ses sandales épaisses.

Michael Kors Collection – Printemps/Été 2021 – New York Fashion Week

/
Michael Kors Collection - Printemps-Eté 2021

Pas de photographes survoltés, ni de public, l’Américain Michael Kors, comme la grande majorité de maisons de mode et de créateurs, s’est aussi résigné à “confiner” la présentation de sa collection Printemps/Été 2021. Et c’est une première, en trente-neuf de carrière pour le designer !

Si vous aimez notre page, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés !☺

Présent en cette seconde partie de la New York Fashion Week, Michael Kors avait choisi de présenter sa collection via un défilé virtuel filmé dans un jardin communautaire du New York Restoration Project, l’organisation fondée par son amie Bette Midler. La vidéo de défilé est également accompagnée d’un documentaire de sept minutes, tourné par la jeune cinéaste Haley Elizabeth Anderson, racontant entre autres l’amour de Kors pour sa ville de New York.

Le choix du lieu n’est jamais anodin. Chez Michael Kors, ce jardin communautaire symbolise à ses yeux “la nature et la renaissance à travers une lentille urbaine”, et la sérénité qui en découle. Le créateur a ainsi voulu répercuter cet apaisement de l’esprit face à la nature en plein coeur d’une grande métropole qu’est New York sur sa collection. Une collection qui incarne à la fois la sobriété, en l’absence d’embellissements superflus, et la volupté dans ses vastes proportions.

Les lignes s’étirent quand les volumes prennent de l’ampleur. Les chemises très longues se portent avec des costumes et manteaux très décontractés. Le tout porté avec des sandales en cuir, l’accessoire indispensable de la saison.

Tom Ford – Printemps/Été 2021 – New York Fashion Week

/
Tom Ford - Printemps-Été 2021 - New York Fashion Week

Le designer américain Tom Ford a clôturé, mercredi dernier, la Fashion Week de New York, avec une collection haute en couleurs et remplie d’optimisme.

Sous forme d’une ode à l’exubérance des années 70 et d’une nouvelle vision du “Flower Power”, la collection de Tom Ford matérialise d’une certaine manière sa vision personnelle de l’espoir d’un avenir plus radieux.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Et cette source de joie, d’espérance et d’un futur meilleur passe, chez Tom Ford, par des vêtements qui inspirent de l’insouciance, des vêtements “qui nous font sourire”, des vêtements “qui nous font du bien”.

Ainsi, la collection met l’accent sur des motifs floraux rétro aux couleurs saturées et des imprimés tie & dye qui n’ont rien à envier aux riches palettes Pantone tandis que ceux animaliers (léopard ou zèbre) ajoutent une touche glamour à ce vestiaire marqué par la décontraction.

Alors que les couleurs vives et les imprimés dominent la collection, des blousons en cuir, des hoodies et des bombers à capuche, souvent dans des couleurs vives, côtoient joyeusement les costumes à la structure décontractée. Ces derniers se portent négligemment avec des pantalons à cordon ou t-shirts à semi-transparents affichent une fois de plus la volonté de voir un printemps prochain plein d’espoir où le COVID-19 ne sera plus qu’un lointain souvenir.

N.Hoolywood « Compile » – Printemps / Été 2021 – New York Fashion Week

/
N.Hoolywood Compile - Printemps-Été 2021 - New York Fashion Week

Parallèlement à la ligne “Test Product Exchange Service”, N.HOOLYWOOD du créateur japonais Daisuke Obana dévoile également une seconde ligne pour Printemps/Été 2021 qu’il l’appelle “Compile”.

Cette seconde ligne “Compile” est plus classique que la première, prolongeant l’esthétique sobre et minimaliste très apprécié de la précédente saison 2020.

Si vous aimez notre page, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien ☺☼

Ainsi, Daisuke Obana a adopté pour cette seconde ligne une approche plus élégante, avec des costumes surdimensionnés, des pardessus à épaules tombantes et des pulls épais mélangés à des shorts amples ou en cuir, des vestes anorak et des gilets sans manches. Le tout principalement dans une palette monochromatique de verts olive et de noirs.

© Photos : N.HOOLYWOOD

N.Hoolywood « Test Product Exchange Service » – Printemps / Été 2021 – New York Fashion Week

/
N.Hoolywood Test Product Exchange Service - Printemps-Été 2021 - New York Fashion Week

Pour la toute première fois, le label japonais N.Hoolywood de Daisuke Obana dévoile non pas une, mais deux collections entièrement distinctes pour la Fashion Week de New York.

La première ligne, appelée “Test Product Exchange Service”, puise ses inspirations dans la collection personnelle d’artefacts militaires et de photographies du designer, des souvenirs rassemblées tout au long de ses voyages et de différentes périodes.

Si vous aimez notre page, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien ☺☼

La ligne est plus axée sur des vêtements destinés à résister aux environnements difficiles, tout en mettant l’accent sur la multifonctionnalité et des éléments futuristes tirés des vêtements d’entraînement de l’US Space Force. Ainsi, on y retrouve des pantalons et shorts cargo associés à des anoraks à col haut, des vestes techniques à capuche, des chemises à motif camouflage et des vestes en denim, le tout dans une palette terreuse dont l’influence prend principalement sa force dans les imprimés camouflage.

© Photos : N.Hoolywood

Coach 1941 – Printemps/Été 2020 – New York Fashion Week

/
Coach 1941 - Spring-Summer 2020 - New York Fashion Week

Présentée dans le nouveau quartier de Hudson Yards, un immense projet immobilier privé, le plus grand jamais réalisé aux Etats-Unis, dans un New York en pleine ébullition immobilière, la nouvelle collection de Stuart Vevers pour Coach 1941 rend de nouveau un vibrant hommage à l’Amérique, ici son côté urbain tourné vers le futur.

Avec son approche fonctionnelle et raffinée, le britannique décline les vêtements d’extérieur dans une palette éclatante et éclectique : rouge, vert d’eau, rose, sarcelle, jaune et orange qui captent la lumière du jour et captivent le regard.

Stuart Vevers revisite également cette saison son héritage punk, en replongeant dans le mouvement new wave des années 80. Pour cela, il a repris sur des sweats, t-shirts et débardeurs les portraits de Rob Lowe, Michael J. Fox et Barbra Streisand de Richard Bernstein, le pop artiste américain, membre éminent de la Factory et ami d’Andy Warhol et de Jean-Michel Basquiat.

© Coach 1941

BOSS – Automne/Hiver 2019 – New York Fashion Week

/
BOSS - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week

Chez BOSS, au dernier jour de la Fashion Week de New York, Ingo Wilts injectait dans les propositions sur-mesure, l’héritage de la marque, une bonne dose d’éléments modernes et urbains, tel le sportswear. Les silhouettes sont habillées mais se détendent tandis que les tissus ont du volume, respirent de la douceur et de la légèreté.
Une grande partie de la collection était centrée sur les couleurs emblématiques de la marque: gris, blanc, camel et bleu marine, mais Ingo Wilts les illuminait cette saison avec une touche de rose et jaune vives.

John Elliott – Automne/Hiver 2019 – New York Fashion Week

/
John Elliott - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week

L’ouverture, en avril prochain, du tout premier flagship de la marque sur Melrose Avenue sert de point de départ à John Elliott et sa nouvelle DA Cara Campagnolo pour leur collection.
Ainsi, le thème de la construction, de la fondation d’une nouvelle maison – clin-d’œil à leur nouvelle boutique de Melrose Avenue – a traversé toute la collection. John Elliott et sa créatrice multipliaient également des collaborations à cette occasion, toujours dans le thème central de la construction, notamment avec Caterpillar, des vêtements outerwear avec Descente et des vestes de motard en cuir avec Blackmeans, deux marques japonaises, ainsi qu’avec Nike pour les sneakers.

Zadig & Voltaire – Automne/Hiver 2019 – New York Fashion Week

/
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week

Pour le retour de Zadig & Voltaire à la Fashion Week de New York après une saison à Paris, Cecilia Bonstrom offre à ses hommes un vestiaire ancré dans l’esthétique urbain où règne la décontraction.
Ainsi, une veste smoking se combine aisément avec un pantalon en cuir et des sneakers, un pantalon à inspiration survêt associé à une veste en cuir, ou encore des pulls à bords effilochés et des jeans déchirés au niveau des genoux illustrent l’esprit chic-destroy et l’attitude nonchalante des années 90.
La créatrice offre également plusieurs pièces créées en collaboration avec la NBA, notamment des sweats, de bombardiers portant les logos de certaines des équipes de basket les plus célèbres de la ligue, notamment les Chicago Bulls, les Los Angeles Lakers et les Memphis Grizzlies.

Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week
Zadig & Voltaire - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week

Joseph Abboud – Automne/Hiver 2019 – New York Fashion Week

/
Joseph Abboud - Automne-Hiver 2019 – New York Fashion Week

La collection de Joseph Abboud est un hommage à ses racines immigrés. “Mes grands-parents sont passés par Ellis Island”, a-t-il déclaré, “et le voyage m’a inspiré”. Ainsi, le créateur a voulu “regarder en arrière et à honorer ce qui fait de ce pays ce pays”.
Ses vêtements ont donc un air vintage intentionnel et une déconstruction délibérée, avec des tweeds usés, des associations de trois-pièces dépareillées, des bords bruts et des tissus délavés. L’influence des vêtements de travail est fortement ressentie dans nombre de pièces et de détails tandis que de riches peaux de moutons ajoutent à la collection un charme résolument d’antan mais pas désuet.

Todd Snyder – Automne/Hiver 2019 – New York Fashion Week

/
Todd Snyder - Automne-Hiver 2019 – New York Fashion Week

Todd Snyder nous transporte dans les années 70 qui lui servent de trame pour raconter sa fascination pour le Midwest américain et son obsession pour le sportswear.
Parmi ses proportions fortes pour l’hiver prochain, on trouve une ligne de vêtements d’extérieur créée en collaboration avec Descente, la marque de ski haut de gamme basée à Osaka, une ligne de manteaux oversize avec la marque de Seattle Crescent Down Works, des pulls à rayures, des chemises western, des sweatshirts à capuche sur lesquels fut marqué “Iowa State”, l’alma mater du créateur, des pantalons en velours côtelé super-large ainsi que des associations hybrides, tels un gilet sans manches matelassé porté sur un costume sur-mesure. Le tout dans une palette de couleurs vives de violet, orange, rouge bordeaux, vert joyaux, jaune citron, à côté d’autres plus neutres.

N. Hoolywood – Automne/Hiver 2019 – New York Fashion Week

/
N. Hoolywood - Automne/Hiver 2019 – New York Fashion Week

Chez N. Hoolywood, Daisuke Obana semblait avoir vaincu ses démons. Cette saison, le créateur a encore repoussé ses limites, en intégrant dans sa collection tout ce qui lui a toujours inspiré de l’aversion : les imprimés de camouflage, le violet ainsi que les carreaux. Ces motifs qui l’ont repoussé dans le passé ont été utilisé à son escient et intelligemment dans des silhouettes déconstruites, de manière inattendue, tels ces imprimés abstraits dans des tons violet et vert ressemblant plus à un motif floral que camouflage.
Il se sert des chandails, façon pulls de Noël, pour jeter une palette de couleurs très vives dans la collection tandis que l’utilisation du denim et des éléments utilitaires offre un regard pratique et réaliste de ses propositions.

Wan Hung – Automne/Hiver 2019 – New York Fashion Week

/
Wan Hung - Automne Hiver 2019 – New York Fashion Week

Le créateur d’origine chinoise, Wan Hung, diplômé de Central Saint Martins, présente ici sa toute première collection lors de la Fashion Week de New York.
Sa collection, appelée “A special bond”, fait la part belle aux vêtements d’extérieur, avec quelques propositions de tailoring. Beaucoup de pièces sont proposées dans un cuir fin qui, associé aux coupes plutôt amples, n’alourdit pas les silhouettes. De très beaux perfectos, une magnifique combinaison en cuir avec fermeture asymétrique, de pantalons en cuir oversize très fluide dans une teinte camel ainsi qu’un long sweat à capuche toujours en cuir sont parmi ses propositions fortes pour l’hiver prochain.
On note également que le créateur qui a fait ses armes notamment chez Tom Ford utilise de la fourrure, synthétique, pour souligner les bordures de ses pièces, donnant une touche plutôt élégante à l’ensemble.

Prabal Gurung – Printemps/Été 2019 – New York Fashion Week

/
Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week

Ce fut une première pour le créateur népalais-américain Prabal Gurung de faire défiler les hommes dans son show new-yorkais.
Avec les magnifiques paysages des contreforts du sud de son pays natal, le Népal, en tête, Prabal Gurung a montré une collection dans la droite ligne de sa collection pour femmes : une palette de couleurs électrique, le souci du détail et l’ambiance optimiste qui définissent ses inspirations de cette saison.
Du color-block, de longues chemises-tuniques ondulantes, pantalons en soie fluide, des costumes à la coupe large cintrés et aux motifs contrastés, des pulls texturés à rayures multiples, sa garde-robe aux accents sportifs et inspirations orientales traduisent des looks contemporains et décontractés faits pour des hommes qui aiment se démarquer.

Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Prabal Gurung - Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week

© Prabal Gurung

Tom Ford – Printemps/Été 2019 – New York Fashion Week

/
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week

Clôturant le premier jour de la fashion week new-yorkaise, Tom Ford a offert une collection fidèle à son style, un savant mélange entre glamour séduisant et allures sophistiquées.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Pour les messieurs, le créateur a assorti ses costumes cintrés à la coupe parfaite avec des chemises et des chandails dans des couleurs ton sur ton et de la saison : camel, marron, noir, beige… Quelques vestes en jacquard lamé jouent cette touche de glamour si bien associée à l’ex directeur de création de Gucci.

Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week
Tom Ford Printemps-Été 2019 – New York Fashion Week

© Tom Ford

Coach 1941 – Printemps/Été 2019 – New York Fashion Week

/
Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week

Que pouvait-on faire à Santa Fe, Nouveau Mexique, pendant 24 heures ? Pour les uns, pas grande chose, mais pour Stuart Vevers, directeur de création de Coach 1941, cela suffisait à lui donner de grandes inspirations pour sa collection Printemps/Été 2019.
De ce très bref séjour, plus précisément au Ghost Ranch, célèbre pour ses fossiles préhistoriques et repaire de l’artiste-peintre du XXe siècle Georgia O’Keeffe, le créateur en tire d’une collection aux allures romantiques, mêlées aux effets Rock’n’Roll. Quelques pièces mettent également en évidence sa collaboration avec Walt Disney Co., notamment certains imprimés tirés des plus emblématiques classiques du studio américain.

Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week Coach 1941 Printemps-Été 2019 - New York Fashion Week

© Coach 1941

Calvin Klein 205W39NYC – Printemps/Été 2019 – New York Fashion Week

/
Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week

Depuis son arrivée à la tête de la direction artistique de Calvin Klein, le belge Raf Simons utilise souvent les archétypes et l’iconographie de la culture populaire d’outre-Atlantique afin d’apporter un regard à la fois ludique, drolatique et satirique sur la psyché américaine.
Cette fois, ce sont deux long-métrages – “des films très importants dans ma mémoire”, comme racontait le créateur – Les dents de la mer de Steven Spielberg, sorti en 1975 et l’excellent Le Lauréat de Mike Nichols de 1967 qui ont inspiré le créateur pour la collection PE19 de Calvin Klein 205W39NYC. Ainsi, le requin et le cougar – terme argotique qui fait ici référence au personnage madame Robinson de Mike Nichols – deviennent muses de la collection et “représentent la transgression, l’idée du prédateur et un questionnement fondamental de l’autorité – une rébellion typiquement américaine”.

Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week Calvin Klein 205W39NYC Printemps-Eté 2019 - New York Fashion Week

© Calvin Klein 205W39NYC

 

Bottega Veneta – Automne/Hiver 2018-2019 – New York Fashion Week

/
Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week

New York, New York, la voici Bottega Veneta qui, cette saison, met les plats dans les grands. Parallèlement à l’inauguration du nouveau flagship de la Maison au 740 Madison Avenue, la marque dévoile ses collections coed, rendant hommage bien entendu à la Grosse Pomme où Thomas Maier, directeur de création de la maison, est résident à demi-temps.
Les newyorkais ont un sens réel du courage et de l’audace. Rien de les arrête. Rien ne semble impossible”, et c’est à cet individualisme forcené, à cette philosophie sans tabou, ouverte qu’a célébrés Thomas Maier avec une collection pour hommes qui affiche une excentricité sophistiquée.
Polo à imprimé zèbre, assorti à un costume arlequin porté avec des chaussettes à motifs bariolés dans des mocassins en suède effet “velours côtelé” aux teintes éclatantes, côtoie avec audace des pyjamas en soie florale ou des manteaux en fourrure, gilets, chemises, pantalons toujours dans des motifs animaux. Le motif cube, clin d’œil à la passion du créateur pour l’architecture, est également très présent: en colorblock sous forme de motifs à carreaux de fenêtres sur un manteau ou une veste ou plus discret, arborant le devant des pulls tricotés.

Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week Bottega Veneta - Automne-Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week

© Photos: Bottega Veneta

Philipp Plein – Automne/Hiver 2018-2019 – New York Fashion Week

/
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week

Toujours dans la démesure, Philipp Plein a présenté son défilé coed, il y a quelques jours, à Brooklyn où il a invité ses amis et de nombreux célébrités et influenceurs à un show spectaculaire qui retrace une odyssée spatiale à la manière de… Philipp Plein.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Cette galaxie peuplée de créatures bodybuildées et de supermodels et accueille ses visiteurs par un show illuminé par 800 lasers de lumière aveuglant où une chasse neige fonce et transperce une montagne de neige en polystyrène, où la top modèle russe Irina Shayk émerge d’un vaisseau spatiale de 18 mètres de largeur, accueillie par un robot géant et où l’on vient bien entendu pour regarder les vêtements.

Parlons de vêtements, le créateur américain propose, pour les hommes, un vestiaire très masculin, dominé par le sportswear. Des combinaisons gonflables, des vestes de motards cloutées, des pantalons de latex ainsi que des sweats à capuche et des sacs à dos créés en collaboration avec Playboy sont parmi les principales propositions de Philipp Plein pour l’hiver prochain et sont immédiatement disponibles au pop-up store de la marque situé sur Mercer Street.

Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week
Philipp Plein - Automne/Hiver 2018-2019 - New York Fashion Week

© Photos: Will Ragozzino/BFA.com

Willy Chavarria – Automne/Hiver 2018-2019 – New York Fashion Week Men’s

/
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's

Après une collection de saison passée chargée sexuellement, celle pour l’hiver prochain prend un tour plus sombre, à la limite du sordide, chez Willy Chavarria.

Si vous aimez notre travail, offrez-nous un délicieux café en cliquant sur ce lien. Nous aimons beaucoup les cafés et cela nous aidera à continuer à garder Essential Homme toujours actif !☺

Pleine de contrastes en propositions mais aussi en présentation – il faisait côtoyer des hommes castés dans la rue, au physique peu banal, et des mannequins professionnels – la collection de Willy Chavarria met l’accent sur le jeu de proportions avec un hommage au streetwear des années 90.

Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's
Willy Chavarria - Fall-Winter 2018-2019 - New York Fashion Week Men's