Milan Fashion Week

Dsquared2 – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan
Dsquared2 - Printemps-Été 2022 - Milan Fashion Week

Alors que toutes les autres marques, qu’elles soient petites ou grandes, jubilent à l’idée de revenir au défilé physique, les frères jumeaux de Dsquared2, Dean et Dan, nagent à contre-courant, en présentant un défilé numérique au dernier jour de la Fashion Week de Milan.

Filmée dans un espace industriel à Milan, tapissé de graffitis à l’intérieur mais couvert de végétation luxuriante à l’extérieur, leur collection est un “conte de fées grungy”.

Appelée Fairytale Grunge, la collection est née de l’idée de sortir à nouveau. “Il s’agit de filles et de garçons sympas qui se réunissent et s’amusent”, a déclaré Dean Caten, soulignant que l’intention était de transmettre “une bonne ambiance positive”.

Jouant sur le thème du contraire entre dureté/douceur, délicatesse/force, les frères Caten proposent une fusion d’éléments grunge, rock et punk avec ceux plus délicats et éthérés. Orné de détails scintillants ou en franges ou de motifs floraux, chaque pièce, qu’elle soit en vinyle, en cuir ou en denim, est à la fois ludique et cool avec une légère touche de punk rock très appréciée par les frères.

© Photos : Dsquared2

Versace – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

Des célébrités à gogo – aussi bien sur piste qu’au premier rang du show – des imprimés audacieux, des couleurs primaires vibrantes et beaucoup de fun. Tous les ingrédients ont été réunis pour le retour de la maison Versace au défilé physique, avec un show flamboyant.

Sur l’air du tube pop rétro Physical de Dua Lipa, extrait de son deuxième album studio Future Nostalgia – la star britannique débute ici sur le podium et fait son apparition à deux reprises : l’une pour ouvrir le show et la seconde, avec Donatella Versace pour le salut final – la collection dégage une impulsion énergique qui colle avec l’ambiance festive du show.

Les silhouettes pour hommes se situent entre plusieurs courants d’influences : du sportswear américain au look collégien, en passant par des costumes décontractés mais élégants. Alors que les premiers looks de la collection restent dans des tons sombres, ponctués par quelques touches de couleurs audacieuses qui font écho à un foulard en soie Versace géant qui ondule à l’arrière plan de la piste – “Le foulard est un élément fondamental de l’héritage et du caractère de Versace,” a déclaré Donatella Versace – des vêtements plus colorés ont été ajoutés, au fur et à mesure que la collection avançait, avec des nuances vives et néon, rappelant le Versace des années 1980. Ces nuances de sorbet sont soulignées par des motifs floraux et géométriques, ainsi que par des logos sur des pulls et gilets en maille enrichis d’un écusson Versace en intarsia.

© Photos : Versace

Salvatore Ferragamo – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

La maison florentine Salvatore Ferragamo traverse une période de transition qui verra l’arrivée de Marco Gobbetti, l’actuel PDG de Burberry, à la tête de sa direction l’année prochaine, alors que son directeur créatif Paul Andrew et sa directrice générale Micaela le Divelec Lemmi ont tous les deux jeté l’éponge plus tôt cette année.

Guillaume Meilland, directeur de la conception du PAP masculin de Salvatore Ferragamo depuis 2016, a désormais l’énorme tâche de diriger l’équipe de conception du PAP féminin, tout en continuant celui de l’homme.

Le créateur s’est ainsi plongé dans les vastes archives de la maison pour trouver les inspirations, tout en ayant en tête le film de Luis Buñuel de 1977, Cet objet obscur du désir, qui voit Carole Bouquet et Àngela Molina jouer le même rôle – Buñuel concrétise ici l’idée de la nature duplice de la femme.

Pour les hommes, Guillaume Meilland propose des silhouettes plutôt simples, fidèles à la conception sophistiquée de Ferragamo des vêtements, avec des constructions faciles et libres de tout mouvement.

Les matières sont tactiles et texturées, associant coton et soie, laine et lin et chanvre tandis que les couleurs incluent des teintes naturelles et des accents de tons saturés.

© Photos : Salvatore Ferragamo

Emporio Armani – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

Presqu’un an et huit mois se sont écoulés depuis les premiers cas de COVID-19 se sont déclarés en Italie, le groupe Armani revient pour la première fois aux défilés physiques avec ce show Emporio Armani qui, de surcroît, célèbre à cette occasion son 40è anniversaire. Giorgio Armani fut le premier créateur à ressentir la menace de la pandémie et avait décidé à fermer très tôt ses boutiques, tout comme le premier à miser sur le format numérique pour présenter ses collections.

Il n’est pas difficile à imaginer que ce show d’Emporio Armani est particulièrement important à plus d’un titre parce qu’il se tourne également vers l’avenir. En effet, au lieu de ressasser les best-sellers de cette ligne s’adressant à une clientèle plus jeune, Giorgio Armani a préféré de mettre en lumière de nouveaux matériaux et styles à travers des silhouettes toujours décontractées, insouciantes et aux touches d’élégance urbaine.

Tout est fluide dans cette collection où il y avait des pantalons cargo à jambes larges, des manteaux longs et des chemises oversize avec un soupçon d’influence des années 90, des costumes en lin doux ou de type pyjama dans des matières douces, des blazers légers, mais aussi des double shorts portés l’un sur l’autre et associés à des leggings ou pantalons de survêt.

Quant à la palette des couleurs, le défilé commençait par des teintes sombres, bleu marine et noir, avant de décliner sur celles plus neutres et doux avant de terminer par des couleurs audacieuses et lumineuses (vert, rouge, rose, bleu).

Cette saison, le voyage commence dans un désert imaginaire, traversant son oasis et se terminant par des couleurs vibrantes”, a-t-on pu lire dans les notes du spectacle. “Tout se mélange, assez librement.”

© Photos : Emporio Armani

GCDS – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

Giuliano Calza, le directeur créatif de GCDS qui a vendu sa participation majoritaire dans la marque plus tôt cette année au Made in Italy Fund, nous amène cette saison à la plage à travers un film surréaliste, nous plongeant dans son monde onirique, entre désert et monde sous-marin, où la mode rencontre la fantaisie.

Inspirée par les mythes séculaires des mondes sous-marins, la collection se veut, selon son créateur, “confortable, facile – et précieuse aussi”. “Je l’ai conçue en sachant que ce serait la première collection à sortir sur la plage après la pandémie,” a déclaré Calza.

La collection mêle maillots de bain ultra sexy jouant avec de la transparence, tricots ornés de motifs divers et ludiques (vagues, peau de serpent, crabes, soleil, fleurs, mini têtes de pirate ou encore un personnage de sirène de One Piece, la série animée japonaise produite par Toei Animation), chapeaux surdimensionnés, pièces en denim délavé et recyclé – un virage écologique sous l’impulsion du nouveau groupe propriétaire de la marque – et même des pièces parées de milliers de cristaux colorés et de franges à perles.

© Photos : GCDS

BOSS x Russell Athletic Pré-Printemps 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

Au Kennedy Sport Center de Milan, plus de 1 300 personnes ont été invitées, hier, à participer au lancement de la deuxième collection BOSS x Russell Athletic – l’événement a été retransmis directement sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram où les internautes peuvent directement acheter la collection.

Inspirée de l’univers du baseball, la collection revisite les pièces emblématiques de deux marques, dans un style décontracté.

La collection apporte une nouvelle perspective aux références rétro américaines, en unissant l’expertise de BOSS et l’esthétique sportswear immédiatement reconnaissable de Russell Athletic. S’inspirant des archives des deux marques, les coupes décontractées, dans le style des années 90, s’adaptent à l’air du temps. La palette de base de bleu foncé, crème et camel est animée par des touches d’orange et de bleu minéral. Les bombers Varsity, inspirés des universités sont ornés de patchwork brodés, reflétant l’engagement de BOSS pour l’artisanat.

© Photos : BOSS

Magliano – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

Les effets dévastateurs causés par la pandémie et ses différentes phases de confinement et de restrictions n’ont pas épargné Luca Magliano.

Devant mettre en pause, comme beaucoup d’autres créateurs et marques indépendants, ses activités, le jeune designer s’est laissé aller aux soubresauts de ses humeurs et à son état “névrotique” – selon le terme employé par le créateur – qui ont par la suite influencé sa collection.

Pour le printemps, l’inspiration était insaisissable, car mon état émotionnel pendant les blocages avait été troublé et agité”, a-t-il expliqué. “J’ai essentiellement laissé mon tempérament pandémique névrotique prendre le dessus. Rebondissant d’une émotion contradictoire à une autre, j’ai décidé d’étudier la théorie des quatre tempéraments humains racontée par Hippocrate.

Ces quatre tempéraments théorisés par Hippocrate : colérique, mélancolique, flegmatique et sanguin ont été traités avec une bonne dose de sarcasme et d’autodérision par Luca Magliano. Les références aux années 80 et aux sous-cultures britanniques abondent dans la collection, sous la forme des blazers oversize, des vêtements de travail amples, des costumes sur mesure taillés dans des tricots jacquard doux, des chemises et des pantalons entièrement confectionnés à partir de foulards en soie recyclés, ou encore des vestes et chemises aux motifs floraux et des gilets ornés de personnages de Disney pour une touche tantôt romantique, tantôt humoristique.

© Photos : Magliano

SOLID HOMME – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

Chez le label SOLID HOMME de la créatrice Sud-coréenne Woo Young Mi, à laquelle appartient également la marque Wooyoungmi, le besoin de réconfort et d’évasion post-COVID s’exprime à travers d’une mise en scène surréaliste et onirique réalisée par le duo français Suzie et Leo.

Sur une plage artificielle de sable fin, éclairée par un soleil lui aussi artificiel, quelques vacanciers font du bronzage et soudain, une bande de mannequins déferlent et marchent à pas cadencé ou prennent des poses devant le disque solaire rougeâtre et des flashes de lumière crépitants. En se déplaçant, ils font virevolter les vêtements aux silhouettes sensuelles et estivales, marquées par des formes carrées, nettes et décontractées.

Au programme : des shorts de style maillot de bain, des pantalons décontractés et des chemises superposées. Des t-shirts en tissu éponge doux, des vestes et des jeans en denim blanchi aux imprimés de rayures ainsi que des hauts en maille aérée et en tissu filet font souffler un vent d’été sur la collection. Les vêtements d’extérieur ne sont pas en reste puisqu’ils sont coupés dans des tissus légers et prennent des formes surdimensionnées, tandis que le logo Dream Pool Club devient la signature de cette collection aux touches avant-gardistes. Le tout dans une palette de couleurs axée sur des tons pastel apaisants et des teintes sorbets délicates ainsi que sur des textures qui prennent des effets blanchis par le soleil.

© Photos : SOLID HOMME

SUNNEI – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

Point de mannequins réels, mais à la place des avatars prenant forme sous les traits des membres de l’équipe de SUNNEI – c’est une forme d’hommage du duo de fondateurs du label, Simone Rizzo et Loris Messina, à leur personnel. Du comptable à la réceptionniste, en passant par le directeur financier…, tous les avatars sont vêtus de looks coupés dans des proportions généreuses.

Ce troisième volet s’inscrit dans leur projet Canvas, initié l’an dernier. Ce projet, accessible sur une plateforme de réalité virtuelle, permet aux détaillants partenaires de créer leurs propres collections SUNNEI grâce à un service de personnalisation. Ils peuvent ainsi personnaliser le prêt-à-porter et les accessoires, en intervenant sur les coupes, les couleurs ou les matières de chaque pièce.

Afin de pousser encore plus loin ce service de personnalisation unique, Simone Rizzo et Loris Messina étendent le concept aux consommateurs finaux – le business-to-consumer.

À partir de cette saison, les fans de la marque peuvent également personnaliser directement les pièces de SUNNEI. Les pièces personnalisées seront confectionnées et expédiées en un temps record de deux semaines. Cependant, l’offre pour ces consommateurs finaux est plutôt restreinte, composée uniquement pour le moment qu’un t-shirt et un sac de shopping.

© Photos : SUNNEI

Giorgio Armani – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

Quand presque la totalité des marques et créateurs misent encore sur le format numérique, Giorgio Armani prend le risque de parier sur le retour au défilé physique – il est, avec Dolce & Gabbana et Etro, les trois seules marques à présenter leur collection en présentiel.

Un défilé qui s’est déroulé un peu dans l’intimité puisque seules 80 personnes ont été invitées dans l’ancien siège de la maison, sur la Via Borgonuovo 21, là où ont eu lieu, dans le passé, certains de ses défilés les plus légendaires.

La collection, intitulée “Retour où tout a commencé”, revendique le classicisme de la griffe, tout en le revisitant en lui injectant une touche de légèreté. Et cette recherche de légèreté a influencé le choix des matériaux – tactiles mais poids plume – ainsi que la fluidité des silhouettes et l’ambiance rafraîchissante de la palette de couleurs, où les neutres étaient juxtaposés aux touches estivales de bleu électrique, vert émeraude et rouge qui rappellent le monde de la nature.

L’attitude globale est très légère, car je pense que nous avons tous appris à être informel et plus décontracté dans la façon dont nous nous habillons. Réinventé, il n’est donc plus composé d’un blazer et d’un pantalon”, a déclaré Armani.

© Photos : Armani

PHILIPP PLEIN – Printemps/Été 2022 – Milan Fashion Week

DÉFILÉS/Milan

Philipp Plein a de nouveau enrôlé l’artiste visuel 3D Antoni Tudisco pour réaliser la vidéo de sa collection, une vidéo psychédélique et peuplée de personnages d’images de synthèse, de robots, de créatures fantastiques et de dragons volants.
Nous pouvons créer ce que nous voulons dans ce monde numérique. Il n’y a pas de frontières”, s’est exclamé le designer.

Et tous ces personnages et créatures dans cet univers dingue sont vêtus bien entendu des pièces issues de la collection Printemps/Été 2022 de PHILIPP PLEIN. Des shorts, des sweats à capuche, des chemises de camp, des robes de chambre, des bombers, des pantalons cargo, des t-shirts et une multitude de pièces aux couleurs vives, éclaboussés de logos forts, de graffitis, de motifs d’ananas, de tattoos, de dessins d’univers fantastiques et d’imprimés caricaturaux.

Ces pièces que le designer qualifie volontiers de “vêtements confortables » reflètent, selon leur créateur, l’esprit de la côte Ouest des Etats-Unis, plus précisément de la Californie, région qui l’a toujours attiré depuis sa prime jeunesse.