Edward Crutchley

Edward Crutchley – Automne/Hiver 2020-2021 – London Fashion Week Men’s

/
Edward Crutchley - Automne-Hiver 2020-2021 - London Fashion Week Men's

Des motifs de chrysanthèmes japonais, des épaules empruntées aux robes philippines traditionnelles, des chapeaux triangulaires colorés inspirés par les Héréros de Namibie – les Héréros sont un peuple autochtone de l’Afrique australe dont une grande partie vit en Namibie et quelques groupes au Botswana, des ornements remixés à partir du motif batik javanais, des costumes Versace des années 90 ou encore du chintz anglais du XVIIIe siècle. La collection de Edward Crutchley est un voyage culturel qui traverse le temps et se présente comme une collusion créative à une époque d’entrecroisement de peuples et de cultures mais aussi de confusion.

L’opulence est le mot qui nous vient à l’esprit, au regard de la générosité et de l’exubérance des références empruntés à différentes époques et aux divers peuples du monde de celui qui fut le bras droit de Kim Jones et gagnant du prestigieux prix Woolmark de 2019.

Les silhouettes sont audacieuses et majestueuses tandis que les formes se veulent volontairement volumineuses et surdimensionnées pour une mode sans frontières.

© Photos : Edward Crutchley

Edward Crutchley – Printemps/Été 2020 – London Fashion Week Men’s

/
Edward Crutchley - Printemps-Été 2020 - London Fashion Week Men’s

« Nostalgie, quand tu nous tiens !« . Edward Crutchley, lauréat du Woolmark Prize 2019 en février dernier, est pris de nostalgie et nous transporte dans les années 80, début des années 90, pour « encenser » d’une certaine manière une Grande-Bretagne bourgeoise. Cependant, cette nostalgie est loin d’être méprisante, elle est teintée d’une certaine malice et légèreté. Ainsi, le créateur la revisite, en plaçant notamment le chintz sur le piédestal. Ce motif floral typiquement British se décline à l’abondance sur des pièces en soie, en jacquard, en taffetas ou encore en Lurex.

Edward Crutchley se sert de l’opulence de ce motif pour “pleurer le déclin du floral britannique”, selon la note de la collection. Le créateur invite également quelques habitants de la Nature, tels les perroquets qui sont peints à la main sur les mocassins ou les slips de bain. Il utilise aussi quelques effets de drapé afin de donner du volume à l’ensemble.

Edward Crutchley – Automne/Hiver 2019 – London Fashion Week Men’s

/
Edward Crutchley Automne-Hiver 2019-2020 - London Fashion Week Men's

Edward Crutchley a trouvé un nouvel amour qui le porte sur la route du classicisme et de l’élégance à la vieille école, bien loin du sportswear qui dominait dans le passé ses collections.
Exit donc des matières techniques comme le nylon, à la place le créateur mise sur celles plus nobles, tels la soie, la laine, le jacquard ou le cachemire. De belles matières pour des silhouettes somptueuses et ultra-sophistiquées.
Les coupes sont larges, les matières sont fluides et les silhouettes se rallongent, accessorisés avec des chapeaux de Stephen Jones et des détails en plumes et motifs brodés qui viennent agrémenter ici sur un blouson et là sur une cape. On note également quelques touches orientales ponctuant la collection, comme le gat, ce chapeau traditionnel porté par tous les coréens sous la dynastie Joseon, associé à une magnifique chemise légèrement transparente et aux effets métalliques.

Edward Crutchley – Printemps/Été 2019 – London Fashion Week Men’s

/
Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's

Je commençais à m’éloigner des propositions conceptuelles pour une approche plus concrète et pragmatique”, a déclaré Edward Crutchley à propos de sa collection qu’il présentait hier à Londres, une collection qui se veut cette saison plus terre à terre et moins expérimentale.
Avec en arrière-plan une fresque colorée et fantastique de l’artiste français Lucien Murat, la collection reprend sur de nombreuses pièces (t-shirts, chemises, shorts…) l’oeuvre de ce jeune artiste trentenaire qui voue une passion dévorante pour des scènes apocalyptiques et violentes, chargées de motifs. Ces scènes oppressantes remplies de figures mythologiques et religieuses côtoient des motifs orientaux qui enjolivent des silhouettes décontractées, à la coupe large et d’un brin japonisant.
Soucieux de défendre un savoir-faire ancestral, le créateur a travaillé avec une manufacture de textile implantée à Yorkshire de cinq siècles d’existence pour créer des tissus utilisés pour des costumes tandis que les imprimés ont été l’oeuvre du plus vieux imprimeur textile de Kyoto dont il est un grand admirateur.

Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2019 - London Fashion Week Men's

© Edward Crutchley

Edward Crutchley – Automne/Hiver 2018-2019 – London Fashion Week Men’s

/
Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s

Paru vers la fin du XVIème siècle, “La Pérégrination vers l’Ouest” ou “Le Roi Singe” est considéré comme l’un des quatre chefs-d’œuvre de la littérature chinoise.
De cette pérégrination du moine chinois Sān Zàng et de ses quatre compagnons fantastiques en Inde pour en rapporter les textes bouddhiques en chine et de les traduire en chinois, Edward Crutchley en a rapporté une collection haute en couleurs et en motifs.
Mixant hommes serpents et animaux chimériques, le créateur anglais crée des imprimés fabuleux qui sont parfaitement adéquats avec des silhouettes oversize qui respirent la modernité, d’un brin streetwear.
Ces imprimés, à côté de ceux d’inspiration gréco-romaine, associés aux formes amples, à une palette plutôt terreuse (marron, noir, orange, jaune…) font souffler un vent urbain sur la collection, renforcés par des combinaisons, blousons universitaires ainsi que des vestes revisités dans des proportions très larges.

Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s Edward Crutchley - Fall/Winter 2018 - London Fashion Week Men’s

© Photos: Helle Moos

Edward Crutchley – Printemps/Été 2018 – London Fashion Week Men’s

/
Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's

Edward Crutchley – il est également consultant textile et collabore régulièrement avec par exemple Kim Jones chez Louis Vuitton – puise ses inspirations notamment dans les textiles anglais de l’époque Victorienne, du XVIIIème siècle (la dessinatrice anglaise Anna Maria Garthwaite figure en bonne position sur son mood board), mais aussi dans la broderie élisabéthaine et dans l’image des Wakashū de l’époque Edo pour suggérer une forme majestueuse mais androgyne de l’homme d’Edward Crutchley.
Matières brillantes, de popeline métallique à la soie jacquard, beaucoup de motifs floraux, formes oversize et des détails empruntés au vestiaire féminin, tel le corset, sont parmi les principales propositions du créateur qui n’hésite pas à les associer aux chaussures de Converse pour une touche étonnamment contemporaines.

Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's Edward Crutchley Printemps/Été 2018 - London Fashion Week Men's

© Helle Moos

Edward Crutchley – Automne/Hiver 2017-2018 – London Fashion Week Men’s

/

Avec cette troisième collection présentée à London Fashion Week Men’s, Edward Crutchley, le protégé de Kim Jones – Directeur du Studio Homme de Louis Vuitton -, confirme sa place comme la future étoile montante de la mode actuelle.
S’inspirant de l’art du portrait de la Renaissance, de la soierie anglaise, de l’antiquité grecque et de l’apogée des années 90 de MTV, le jeune créateur en fait une collection convaincante et commerciale, sa meilleure depuis trois saisons.
Créée en collaboration avec des artisans les plus réputés, tels Johnston’s of Elgin pour le tricot, Blyszak et Buffalo Horn pour des lunettes ou encore Hannah Martin pour les bijoux, la collection d’Edward Crutchley joue avec des matières luxueuses (cachemire, soie, laine pressée, jacquard, velours) et des motifs inspirés du XVIIIe siècle. Les silhouettes sont décontractées, soulignées par coupes larges aux épaules tombantes, tandis que les teintes sont dominées par des couleurs terreuses: camel, marron, khaki, brun foncé.

Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018 Edward Crutchley - London Fashion Week Men’s - Automne/Hiver 2017-2018

© Edward Crutchley