Adresse

Alexander McQueen ouvre son premier flagship tokyoïte

Alexander McQueen a tout récemment dévoilé sa toute première boutique japonaise en plein cœur de Tokyo. Situé au cœur du quartier d’Aoyama à Tokyo, le premier flagship japonais d’Alexandre McQueen a pour voisins proches les noms qui font saliver n’importe quelle personne intéressée de…

Davantage

Muji ouvre son flagship européen au Forum des Halles

L’enseigne japonaise Muji ouvrira le 24 septembre prochain son plus grand magasin européen, en plein coeur de Paris, dans le Forum des Halles.

Le réaménagement des Halles est loin d’être terminé que les grandes marques se bousculent déjà pour être présent dans ce futur gigantesque centre commercial, situé au coeur de Paris. L’enseigne japonaise Muji est parmi les premières à annoncer son implantation sous la canopée transparente, coeur névralgique du shopping parisien.
Avec une surface de 700m², la nouvelle boutique de Muji deviendra le flagship européen de la marque, le plus grand de l’Europe.
« Au coeur de la Capitale, le Forum des Halles est l’emblème même de “l’urban lifestyle”, à travers sa double identité en tant que centre de shopping et de loisirs. L’arrivée de MUJI marquera le point de départ de la nouvelle offre commerciale proposée par le Forum. », déclare Alexis Veron, Directeur du Forum des Halles.
La marque, promotrice du concept « no brand – no logo », y présentera toutes ses gammes de produits, ainsi que deux nouveaux concepts présentés en exclusivité au Forum: Found MUJI et MUJI Kids.
Créé depuis 2003 et parrainé par le designer Naoto Fukasawa, le concept Found MUJI propose des produits quotidiens trouvés dans le monde entier et réadaptés selon les cultures et les habitudes actuelles. Pour la première édition de Found MUJI, la marque s’associera avec le concept store parisien “Merci” pour proposer une sélection d’objets de cuisine à usage quotidien. Cette collection exclusive “Found MUJI Merci” sera disponible au Forum des Halles pendant un mois à partir de septembre.
Quant à l’univers MUJI Kids, il proposera des vêtements pour enfants âgés de 1 à 12 ans, déclinés de l’univers textile pour adulte.
Pour fêter l’ouverture de son flagship parisien, Muji invitera trois artistes français Jean Michel Alberola, Paul Cox, et Philippe Weisbecker qui présenteront, chacun, deux oeuvres inédites, illustrant leur vision de l’ouverture du magasin. Ces œuvres seront dévoilées au grand public sur Place Carrée, face au flagship, du 17 au 27 septembre.

Longchamp ouvrira sur les Champs-Elysées son plus grand magasin d’Europe

Longchamp

Le maroquinier français Longchamp, créé il y a 66 ans et célèbre notamment pour ses sacs « Pliage », va ouvrir à l’automne à Paris, sur les Champs-Elysées, sa plus grande boutique de la marque en Europe un magasin de deux étages sur 500 m².

« Nous allons ouvrir au 77 avenue des Champs-Elysées, sur le côté gauche en remontant vers l’Arc de Triomphe, près du Fouquet’s et de Ladurée », a déclaré le directeur général de Longchamp, Jean Cassegrain.
« Nous espérons inaugurer en novembre ce magasin, qui occupera 500 m2 sur deux niveaux, sur l’une des plus belles avenues du monde, à la fois fréquentée par les Parisiens et par les touristes, notamment asiatiques. Des clientèles très importantes pour nous », a-t-il ajouté.
Longchamp, détenu par la même famille depuis sa fondation en 1948 par le grand-père de M. Cassegrain, a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 462 millions d’euros et pense franchir la barre des 500 millions d’euros cette année.
A Paris, la marque compte jusqu’à présent un vaste magasin rue Saint Honoré, un autre rue du Vieux Colombier, mais aussi des points de vente dans des grands magasins comme les Galeries Lafayette, le Printemps, le BHV et chez de nombreux détaillants.
La boutique des Champs-Elysées sera « un peu plus grande que celle ouverte en septembre sur Regent Street à Londres », a souligné M. Cassegrain. Toute la gamme Longchamp y sera présentée (sacs et bagages, prêt-à-porter, souliers et accessoires).
« Nous avons déjà une histoire sur les Champs-Elysées: ma grand-mère y tenait une boutique dans les années 1970-80. Je me souviens que j’allais la voir au magasin. On y vendait alors surtout de la petite maroquinerie », relate encore son directeur général.
Présente dans une centaine de pays, la maison qui a pour logo un cheval en pleine course gère directement 275 boutiques dans le monde dont 69 en France.
Elle avance à grands galops, ces dernières années, à l’international surtout en Asie, à l’image de son logo, avec entre 15 et 20 ouvertures de boutiques par an, une stratégie qu’elle compte poursuivre à bon rythme.

D’après AFPRelaxnews
Photo d’illustration: Longchamp (Hong Kong) AFP PHOTO / Philippe Lopez

 

Alexander McQueen ouvre son premier flagship tokyoïte

Alexander McQueen a tout récemment dévoilé sa toute première boutique japonaise en plein cœur de Tokyo.

Situé au cœur du quartier d’Aoyama à Tokyo, le premier flagship japonais d’Alexandre McQueen a pour voisins proches les noms qui font saliver n’importe quelle personne intéressée de près ou de loin à la mode: Balenciaga, Givenchy, Prada ou encore Marc Jacobs.

Alexander McQueen - Tokyo flagship
Conçue par Sarah Burton, la directrice artistique maison, en partenariat avec David Collins Studio, la boutique se présente sur une superficie 390m². Sur deux étages, les clients de la marque découvriront toutes les collections du prêt-à-porter homme et femme, ainsi que la ligne d’accessoires et pièces incontournables de la marque. Cette ouverture a été précédée de la boutique Alexander McQueen, consacrée uniquement aux accessoires, inaugurée en avril 2013 dans le quartier de Roppongi Hills de Tokyo.

Alexander McQueen - Tokyo flagship
L’agencement intérieur est assez épuré, fait de carrelage en marbre blanc fissuré Calacatta Oro, des finitions laquées noires et des meubles en cuir gris clair. Comme beaucoup de boutiques de luxe où l’art joue non seulement son rôle décoratif, mais également sert de soutien aux artistes contemporains, celle d’Alexander McQueen n’est pas épargnée par cette tendance.

Alexander McQueen - Tokyo flagship
Au-dessus de l’escalier central conçu d’une seule pièce de marbre blanc, est suspendue une structure de chandelier, cette oeuvre d’art a été commandée aux deux artistes japonais Takeo Hanazawa et Takao Togashi.

Alexander McQueen - Tokyo flagship
Cette ouverture tokyoïte sera suivie par de nombreuses autres boutiques dans le monde, notamment à Chengdu (capitale de Sichuan), qui deviendra la troisième boutique en Chine, à Monaco, Vienne, ainsi qu’à Hong Kong.

April77 rue de Saintonge refait peau neuve

La boutique April77 rue de Saintonge fait peau neuve, entièrement repensée par l’architecte Federico Masotto.

April77 Saintonge
Ce projet, déjà initié pour la boutique de la rue de Charonne à Bastille, est une nouvelle étape dans le processus de la restructuration de la marque, tant au niveau de la direction artistique qu’à la reconfiguration des surfaces de vente.

April77 Saintonge
Ce lifting aboutit ainsi à la création des espaces distincts mettant en avant d’une part sa ligne prêt-à-porter et d’autre part sa ligne denim. Le nouveau mobilier de cette boutique nouvelle génération d’April77 est inspiré du courant artistique Bauhaus caractérisé par des matières industrielles comme le métal et l’aluminium.

April77 Saintonge
Là, un mobilier métallique laqué noir et des grands panneaux sandwich en aluminium, clin d’œil à la Factory et à l’artiste Rudolf Stingel, qui délimitent les cabines d’essayage; et ça, des plaques de granito claires avec marbres foncés sur lesquelles s’intègrent les miroirs, ou encore un plafonnier aux illusions de néon infini greffé dans un ancien plafond rond en staff éclaire un grand « disque » en granito noir intégré au milieu du vieux parquet.

April77 Saintonge
Et derrière la caisse, un néon reprend les paroles de la chanson « Mother » du groupe Danzig : « Mother, Tell your children not to walk my way ! ».

49 rue de Saintonge
75003 Paris
Tel : +331 40 29 07 30

Quelques adresses pour acheter les meilleurs souliers

On dit souvent que pour juger un homme, il faut regarder ses souliers. Leur importance est incontestable dans l’appréciation de l’apparence d’un homme. Pour ceux qui peuvent s’offrir de beaux souliers, voici quelques adresses parisiennes où le savoir-faire, souvent centenaire, et la qualité sont les deux mots d’ordre.

Crockett&Jones

CROCKETT&JONES
Un nom de référence pour les amateurs de beaux souliers depuis plus de 125 ans.
Fondé en 1879 à Northampton et depuis quatre génération, Crockett&Jones est toujours une entreprise familiale. Tout soulier est de fabrication artisanale utilisant les techniques du cousu Goodyear et nécessite huit semaines de fabrication et pas moins de deux cents opérations manuelles.
Tout soulier de Crockett&Jones est une oeuvre d’art de la fabrication artisanale.

La Madeleine
14, rue Chauveau-Lagarde,
75008 Paris

JM Weston

J.M WESTON
Créé en 1927 à Limoges, J.M WESTON tient son nom de la petite ville de Weston, près de Boston où Eugène (le fondateur) était parti étudier la techique du « cousu Goodyear ». Les souliers Weston sont toujours fabriquées selon les méthodes artisanales dans les ateliers près de Limoges.
Chaque soulier nécessite près de 120 opérations et des heures de travail à la main. Symbole de l’industrie de luxe français, WESTON représente le savoir-faire et la tradition de l’artisanat français des maître-bottiers.

114, Av. Des Champs Elysées
75008 Paris

John Lobb

JOHN LOBB
John Lobb, fournisseur officiel de la famille britannique depuis 1863, perpétue depuis des généraions le savoir-faire de la fabrication artisanale des soulies.
Chaque soulier, depuis le dessin de sa forme jusqu’à la partie finale, mobilise pas moins de six corps de métiers et nécessite quelques trois cents gestes différents.
Chaque soulier est unique et conçu dans des matières provenant des meilleures tanneries.

21, rue Boissy d’Anglas
75008 Paris

Tod's

TOD’S
Le roi Juan-Carlos, Henry Kissinger, Hugh Grant, Pierce Brosnan… ont un point commun : porter les souliers TOD’S. Depuis sa naissance en 1978, le nom TOD’S est devenu un symbole de la branchitude tranquille, du savoir-faire italien. La qualité est la seule obsession de la marque, ce qui explique le succès fulgurant, en si peu de temps, de cette entreprise familiale introduite en bourse en 2000.
Tous les souliers sont cousus et montés à la main. Preuve : une paire de souliers nécessite près de 120 heures d’intervention.

29, rue du Fbg-Saint-Honoré
75008 Paris