Richard Mille x SP80 ambitionnent de battre le record du monde de vitesse à la voile

4 minutes à lire
Richard Mille x SP80
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’horloger de luxe Richard Mille et le constructeur naval Suisse SP80 se lancent conjointement dans un défi sportif unique : battre le record du monde de vitesse à la voile en 2022.

La vitesse, l’aéronautique et les développements extrêmes sont présents depuis toujours dans l’ADN de Richard Mille. Il est tout à fait naturel que l’ambition et le défi de challenger le vent sur l’immensité de l’océan séduisent particulièrement la Manufacture de Les Breuleux.

Lorsque le projet fut présenté par NTPT, partenaire de longue date qui produit en exclusivité horlogère le Carbone TPT pour les boîtiers des montres Mille, soutenir cette incroyable odyssée apparaissait
comme une évidence.

PUBLICITÉ
Richard Mille x SP80

Animée par la volonté d’atteindre son objectif, SP80 n’hésite pas à bousculer les codes de la voile. C’est cette même audace qui guide la marque depuis maintenant 20 ans. Nous retrouvons dans cette jeune entreprise l’effervescence d’une équipe enthousiaste et talentueuse”, s’est confié Tim Malachard, directeur marketing chez Richard Mille.

Ainsi, la marque se joint à deux autres partenaires : le constructeur naval Suisse SP80 et North Thin Ply Technology (NTPT) pour construire un voilier qui devra atteindre la barre des 150 km/h (80 nœuds) à la seule force du vent.

PUBLICITÉ
Richard Mille x SP80

Ce n’est pas la première fois que l’équipe du constructeur SP80 se lançait le défi de fabriquer un voilier ultra rapide. En 2012, afin de battre le record du monde de vitesse établi à 65 nœuds (121 km/h), l’équipe qui compte une quarantaine d’ingénieurs et d’étudiants issus de l’EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne) a développé un voilier au design unique au monde, 7 mètres de long pour 6 mètres de large avec une coque tout en Carbone TPT et tractée par une aile de kitesurf de plus de 20 m d’envergure.

À mi-chemin entre bateau, avion et Formule 1, le bureau d’études a développé un foil spécifique dit “super ventilant”, plaquant littéralement le voilier à la surface de l’eau pour assurer sa stabilité à haute vitesse. Cette technologie évite ainsi le phénomène de cavitation, c’est-à-dire la vaporisation de l’eau issue d’une trop forte dépression qui affecte les performances.

Richard Mille x SP80
PUBLICITÉ

Un système de gestion de la puissance a également fait l’objet d’un dépôt de brevet. Ce dernier permet de transmettre l’intégralité de puissance de l’aile de kite au foil du bateau tout en préservant la stabilité à haute vitesse.

PUBLICITÉ
Richard Mille x SP80

Ce partenariat, c’est la rencontre entre deux entreprises engagées dans la recherche de la performance, de l’exception et de l’innovation”, a expliqué Mayeul van den Broek, cofondateur de SP80. “Nous nous ressemblons jusque dans nos processus de production respectifs, autour d’un matériau, le Carbone TPT, présent dans la composition des montres Mille comme de notre bateau. L’implication de Richard Mille dans l’aventure SP80 est une grande fierté et une source incroyable de motivation pour notre jeune équipe. Nous pouvons ainsi accélérer notre développement et débuter la construction de notre bateau à voile afin d’effectuer nos premières navigations en 2022.

© Photos : Richard Mille


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Article Précédent

Le Paris Saint-Germain aura sa propre Jordan MA2

Article Suivant

« La Flûte Silencieuse », le projet avorté de Bruce Lee sera adapté en série par Jason Kothari