Rencontre avec le Dr. Robert Christopher Silich spécialiste de la chirurgie masculine

dans BEAUTÉ

Rencontre avec le Dr. Robert Christopher Silich, chirurgien esthétique, le plus jeune et l’un des chirurgiens les plus talentueux de sa génération aux États-Unis selon le New York Magazine.

Robert Christopher Silich Surgery
Avec 11,5 millions d’actes chirurgicaux à des fins d’esthétique réalisés en 2006 et plus de 5000 chirurgiens, la chirurgie esthétique connaît un boom sans précédent aux Etats-Unis. Dans la jungle des prix et des qualifications des praticiens, il est difficile de trouver celui qui sort du lot. Pourtant, un nom revient fréquemment dans de nombreux médias américains.
Reconnu par l’American Board of Plastic Surgery et par l’American College of Surgeons, membre de l’American Society of Plastic Surgeons et de l’American Society for Aesthetic Plastic Surgery, Robert Christopher Silich est célèbre pour ses interventions, surtout dans le domaine du rajeunissement facial et pour ses techniques chirurgicales mini-invasives. Intervenu de nombreuses fois sur CNN, son travail est reconnu par le New York Times, le New York Post, le Washington Post, le New York Daily News, Elle, W magazine, Quest magazine, Hamptons et le Gotham. En 2006, le New York Magazine l’a nommé le plus jeune et talentueux chirurgien de sa génération aux Etats-Unis.

Est-il courant, de nos jours à New York, de recourir à la chirurgie esthétique quand on sait qu’elle reste un tabou en Europe et particulièrement en France ?

– Eh bien, c’est une question très intéressante. L’opinion publique doit-elle avoir le rôle d’encourager cette pratique ? Non, ceci dit, le nombre d’opérations de chirurgie esthétique, dans le monde, a augmenté de manière spectaculaire. Je pense que cette réalité est difficilement admise par beaucoup de personnes. C’est pour cette raison que la chirurgie mini-invasive connaît un succès populaire mais qu’il y a encore une certaine discrétion chez les patients et surtout chez les hommes.

Justement, Les hommes sont-ils également concernés ? Cette demande continuera-t-elle à augmenter et pourquoi ?
– Oui, la chirurgie esthétique connaît un boom sans précédent chez les hommes . Cette tendance coïncide avec l’augmentation des interventions dites mini-invasives ces 5 à 10 dernières années. Les détails insignifiants deviennent importants en chirurgie esthétique, même plus chez les hommes. La marge d’erreur chez les hommes est plus faible dû à plusieurs facteurs : là où la femme peut utiliser le maquillage pour dissimuler les traces d’opération, cela est normalement impossible pour un homme. Pour une femme, partager son expérience d’un lifting facial est presque devenu commun dans le mœurs des américains, mais de la part d’un homme, cela sera vu comme une exception plutôt qu’une règle. Les techniques « non-invasives » ou de médecine esthétique qui ne nécessitent pas de chirurgie lourde seront certainement en forte progression chez les hommes.

Quelles sont les corrections les plus demandées par les hommes ? Le lifting facial ou… ?
– La chirurgie nasale a été traditionnellement l’opération la plus demandée et le reste encore dans une certaine mesure, mais les hommes préfèrent désormais des interventions « non-invasives » faciales. La liposuccion du menton et le rajeunissement du cou sont très prisés. La plupart des hommes ne prêtent pas attention à quelques rides et aux pattes d’oies autour de leurs yeux, mais la rondeur d’un menton pourrait être angoissante. Le double menton est également le cible principal du traquage des hommes. Le botox et le collagène permettent aux hommes de rester jeunes le plus longtemps possible.

Pourquoi avez-vous décidé de devenir chirurgien plastique ?
– Lorsque mes patients viennent me voir, leurs motivations sont toutes différentes et chaque opération engagée est un travail d’orfèvre. La chirurgie esthétique est quelque chose qu’on ne peut évaluer. Un non-connaisseur ou un chirurgien plastique devraient avoir la même capacité d’apprécier la beauté, mais la beauté n’est pas chose qu’on enseigne dans les facultés de médecine et c’est cette homogénéité qui m’a séduite.

Qu’est ce que vous aimez et n’aimez pas dans votre métier ? 
– Ce que je fais ressemble parfois plus au jardinage qu’à la charpenterie et c’est assez frustrant. Dans la charpenterie, le résultat est immédiat et en jardinage comme en chirurgie plastique, le résultat est plus progressif et n’atteint la perfection qu’avec le temps. Les cicatrices ont leur propre rythme et le résultat peut prendre des semaines voire des mois avant d’être optimisé. Il faut avoir beaucoup de patience pour rassurer les patients.

Vous pensez que c’est important pour les hommes de recourir à la chirurgie esthétique ?
– Les hommes ont de nos jours de réelles possibilités de modifier leur apparence. En vieillissant, sans intervention majeure, leur physique se dégrade. « Mieux vaut prévenir que guérir » !

Pourquoi choisissez-vous New York plutôt que la Californie ou autres ? 
– J’aime l’esthétisme et le rythme des newyorkais. Ils veulent avoir un résultat concret, rapide et retournent travailler en moins de quatre jours. Ah oui, vous ai-je dis qu’ils veulent que personne ne soit au courant ? Ils me stimulent et me lancent des défis tous les jours. Ceci dit, j’ai également une licence pour exercer mon métier en Californie.

Quelles sont les célébrités qui ont fait appel à vous ?
– Je ne révèle jamais les noms de mes patients. « Ne pas faire de mal » est le serment le plus sacré de ma profession.

Quelles sont les leçons ou suggestions que votre mentor, le professeur Gerald Imper, vous a données ?
– Il disait souvent à la fin de la journée que ce qui est merveilleux dans notre métier est de faire quelque chose d’ agréable pour quelqu’un. « Faire quelque chose pour quelqu’un » est la plus belle chose dans la chirurgie esthétique. Ca a l’air d’un conseil très simple, mais ça pourrait se résumer à cela.

Vos patients sont-ils généralement plus féminins ou masculins ?
– Je me pose souvent cette question et je pense qu’il y a autant de femmes que d’hommes, peut être un peu moins d’hommes.

Est-ce que les produits de beauté comme les anti-âges… marchent réellement ?
– Je le souhaite. Ce qui est important est de manger sainement, d’entretenir votre forme, boire beaucoup d’eau et surtout d’avoir de bons gènes.

Combien d’injections de botox peut-on faire ? Est ce que c’est le meilleur moyen pour ne plus avoir de rides ?
– Deux à trois fois par an tout au plus. Oui, je crois qu’il a révolutionné le marché de la chirurgie esthétique.

Quel est l’avenir de la chirurgie esthétique ? Y avoir recours deviendra-t-il un acte aussi commun que d’aller chez le coiffeur ou le manucure ?
– Je pense qu’à court terme, des petites opérations chirurgicales mini-invasives de la part des jeunes patients seront les plus demandées. A long terme, les recherches dans le domaine de la thérapie génétique et des applications de cellules de souche seront les principales avancées. Cependant, je dis à tous mes patients que la sagesse est le meilleur remède.

Derniers Articles Par BEAUTÉ

Aller En Haut