Philippe Starck réinvente le Photomaton

20 vus
2 minutes lue

Photomaton a demandé au designer français Philippe Starck de revisiter la nouvelle génération des fameuses cabines de photos instantanées.

Photomaton Philippe Starck
Qui n’a pas au moins une fois dans sa vie eu l’occasion de recourir au service de Photomaton, cette machine qui nous immortalise pour les papiers administratifs ? Cette cabine aux allures familières s’offre une nouvelle jeunesse avec la complicité de l’intrépide designer français Philippe Starck.
Avec un look épuré et dans une couleur grise, les nouvelles cabines Photomaton rompent non seulement avec son image poussiéreux mais s’équipent aussi de nouvelles technologies pour être en phase l’évolution rapide des habitudes de consommation.
Ainsi, le traditionnel tabouret réglable laisse place à un siège translucide qui s’illumine de couleur orange. L’auto-règlage disparaît alors au profit d’une caméra-vidéo qui évalue la distance et la position pour s’adapter automatiquement à l’utilsateur.
Dotées d’un écran tactile de 17’’, la prise en charge se fait dans une nouvelle interface de navigation plus souple et moderne, le tout en six langues officielles (anglais, français, allemand, italien, espagnol, hollandais), mais d’autres langues sont disponibles sur commande.
En matière de nouvelles fonctions, les cabines Photomaton de la nouvelle génération plongent le consommateur dans la réalité augmentée au coeur d’un décor 3D. Par le biais d’un écran externe de 32 » haute résolution qui diffuse en permanence des animations, le consommateur peut choisir alors l’ambiance parmi une sélection proposée.
En plus de ce lifting du XXIè siècle, les cabines offrent à l’utilisateur la possibilité d’envoyer ses photos en connexion 3G sur ses réseaux sociaux, ses sites de partage ou simplement de les envoyer par email.
Autre que ses fameux portraits administratifs, le Photomaton version Starck propose toujours un large choix de photos « tendance » type Pop Art, cartes postales ou photos funs personnalisable avec du texte.