Oppenheimer : un saut quantique au cœur du projet Manhattan

21 juillet 2023
3 minutes de lecture
Oppenheimer Critique Film
© Photo : Universal Pictures
PUBLICITÉ

Un spectacle atomique attend les spectateurs dans “Oppenheimer” de Christopher Nolan, une saga de trois heures qui retrace la vie et les épreuves de J. Robert Oppenheimer, le père de la bombe atomique.

Ce film n’est pas une simple représentation d’événements historiques, mais un récit tissé de particules et d’ondes, et une exploration immersive du personnage aux multiples facettes qu’était Oppenheimer, interprété de manière époustouflante par Cillian Murphy.

Au fil du film, le style caractéristique de Nolan s’infiltre dans le récit comme des ondes radioactives. Il fragmente méticuleusement l’histoire, mélangeant des éléments de recherche scientifique, des intrigues politiques et une chronologie qui saute et dégringole, à l’image de la danse imprévisible des particules atomiques. Un sentiment palpable d’urgence et d’intensité imprègne la toile cinématographique, tandis que le récit déroule avec audace les événements qui ont conduit à la naissance de la bombe atomique.

PUBLICITÉ

La performance de Murphy dans le rôle d’Oppenheimer est saisissante, projetant une dualité complexe aussi fascinante que perplexe. Son Oppenheimer est à la fois le prodige froid et l’humaniste passionné, un outsider devenu un initié. Il devient un maître de la destruction tout en étant enveloppé d’un voile de culpabilité, éveillant le public au contraste poignant de cette figure historique.

Tout au long du film, Nolan jongle avec les dynamiques des différentes époques, idéologies et interactions individuelles avec une dextérité remarquable. L’audience de 1954 qui a privé Oppenheimer de son habilitation de sécurité est un thème récurrent, une musique de fond qui résonne tout au long du récit. En reliant les points entre le passé d’Oppenheimer et ce moment de confrontation, Nolan construit une riche tapisserie d’événements qui permet au public d’être témoin du fonctionnement interne de l’esprit d’Oppenheimer et des forces extérieures qui façonnent son destin.

PUBLICITÉ

Au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans le récit, on entrevoit les débuts de la guerre froide, la course à l’achèvement du projet Manhattan et l’avènement de l’ère nucléaire. Le récit se déroule en révélant l’inévitable élan du progrès scientifique et la paranoïa politique qui l’accompagne.

La description par Nolan d’Oppenheimer comme un intellectuel passionné, absorbé par le monde de la mécanique quantique, Picasso, Freud et Marx, sans parler de sa maîtrise de plusieurs langues, est particulièrement remarquable. Le récit rend compte de son association avec d’éminents communistes et de sa liaison amoureuse avec Jean Tatlock, incarnée de manière poignante par Florence Pugh, sans compromettre son engagement farouche pour la science.

Cependant, le film faiblit légèrement lorsqu’il s’agit de dépeindre l’essai Trinity – l’explosion de la première bombe atomique. Malgré l’anticipation et l’intensité qui précèdent ce moment, le spectacle qui s’ensuit n’a pas la stupeur et la terreur associées à un tel événement, ce qui nuit au crescendo de la narration.

PUBLICITÉ
Oppenheimer Critique Film
© Photo : Universal Pictures

La phase post-Trinité est quelque peu terne. Alors qu’elle tente de contempler les implications de la bombe atomique et la position controversée d’Oppenheimer dans le climat de la guerre froide qui s’ensuivit, l’intensité du récit faiblit, se transformant en un patchwork de débats, de réflexions et d’affrontements idéologiques.

Nolan marque néanmoins un point important lorsque Oppenheimer justifie l’utilisation de la bombe atomique pour empêcher qu’elle ne soit utilisée à l’avenir – un argument qui ressemble moins à une justification qu’à une révélation tragique des forces historiques en jeu. Le film se termine sur la lutte vaine d’Oppenheimer contre le développement d’armes nucléaires plus puissantes, laissant entrevoir sa douloureuse prise de conscience que l’humanité est à jamais liée aux horreurs potentielles de l’innovation scientifique.

Oppenheimer” est une exploration courageuse de l’homme à l’épicentre d’une révolution scientifique. Il construit un récit qui chevauche les domaines de la physique et de la psychologie, des choix personnels et des réalités politiques. Bien que sa représentation des moments historiques clés puisse faillir, le film expose en fin de compte les complexités qui font écho à la narration et au personnage d’Oppenheimer.

Christopher Nolan, avec sa narration ambitieuse et ses images saisissantes, présente une dissection de la vie d’un homme qui a créé une arme de destruction sans précédent. Et Cillian Murphy, grâce à son interprétation complexe, imprègne Oppenheimer d’une essence humaine palpable. Ensemble, ils donnent naissance à un récit qui étonne et remue à la fois, tout comme le phénomène atomique qu’il dépeint.

Cliquez sur ce lien pour lire cet article dans sa version anglais

PUBLICITÉ
AllerEn Haut