Hayao Miyazaki sait convaincre Takeshi Honda pour « Le garçon et le héron »

"Avec la demande de Hayao Miyazaki, il était impossible de refuser." Le vétéran de l'animation Takeshi Honda, connu pour son travail sur "Evangelion", était déjà engagé dans un autre projet lorsqu'il a été approché pour "Le garçon et le héron".
23 novembre 2023
3 minutes de lecture
Hayao Miyazaki sait convaincre Takeshi Honda pour "Le garçon et le héron"
© GKIDS
PUBLICITÉ

Le talent artistique de Hayao Miyazaki est à nouveau à l’honneur dans son dernier film d’animation, “Le garçon et le Héron”. Ce titre intrigant, dont la première est prévue en Amérique du Nord le mois prochain – il est actuellement sur grands écrans en France – marque une étape importante dans la carrière de l’animateur superviseur Takeshi Honda. Connu pour ses contributions à des œuvres phares telles que “Evangelion”, “Ghost in the Shell” et “Bubblegum Crisis”, Honda se trouvait à un moment charnière lorsque Miyazaki l’a approché pour ce projet. Malgré l’engagement de Honda pour “Evangelion : 3.0+1.0 Thrice Upon a Time”, l’offre était irrésistible. Ce film marque une étape importante dans les illustres carrières de Honda et de Miyazaki, en tissant une histoire aussi intrigante que visuellement stupéfiante.

Miyazaki, avec l’urgence qui le caractérise, fait comprendre à Honda l’importance de ce film dans sa carrière. En réfléchissant à ce moment, Honda se souvient : “Bien sûr, j’avais déjà réservé Evangelion, alors j’ai dû lui dire : ‘J’ai besoin de temps pour discuter avec les autres parties et prendre une décision’”. Cependant, l’urgence de Miyazaki était évidente : “Ce sera probablement mon dernier film, alors il faut que tu montes à bord.” Pour Honda, il s’agissait d’une offre trop alléchante pour être refusée.

PUBLICITÉ

La genèse de “Le garçon et le Héron » se trouve dans l’histoire personnelle de Hayao Miyazaki, en partie inspirée par sa propre enfance. La première rencontre de Honda avec le concept du film l’a laissé perplexe, comme il l’admet : “Quand Miyazaki m’a montré le story-board, et que j’ai lu jusqu’à la scène finale, cela m’a semblé très confus et je ne l’ai pas tout à fait compris.” Pourtant, en voyant le film achevé, Honda a ressenti une profonde réalisation de la vision de Miyazaki, déclarant : “Je pouvais sentir la volonté, la détermination et l’engagement que Miyazaki a mis dans ce film, ce qui était émouvant.

Sur le même sujet : le conte de Noël 2023 de Barbour et Shaun Le Mouton

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
Hayao Miyazaki sait convaincre Takeshi Honda pour "Le garçon et le héron"
© NHK

Le processus de production de “Le garçon et le Héron” a été unique, caractérisé par l’évolution de la dynamique entre Honda et Miyazaki. Au départ, Hayao Miyazaki s’est beaucoup impliqué, guidant Honda dans la capture de son style distinctif. Honda se souvient de cette période : “Il me disait ‘Non, les yeux doivent être dessinés de cette façon’ ou ‘Le nez doit être comme ça’”. Cependant, au fur et à mesure de l’avancement du projet, Honda a bénéficié d’une plus grande liberté de création, ce qui a permis un mélange harmonieux des styles des deux artistes.

L’une des particularités de “Le garçon et le Héron” est son attachement aux techniques d’animation traditionnelles. Rejetant l’utilisation des images de synthèse, le film est un témoignage de la beauté durable de l’animation dessinée à la main. Un exemple frappant de cette approche méticuleuse est la séquence d’ouverture du film, une représentation détaillée d’un incendie tragique. Honda souligne cet aspect en déclarant : “Comme il s’agit d’une première séquence, d’autres studios l’auraient probablement ignorée. Dans le cas de cette production, nous avons passé six années entières à réfléchir à cette scène”. Honda note que ce luxe de temps leur a permis d’élaborer cette scène avec un soin exceptionnel, ce qui est souvent irréalisable dans d’autres studios. Le recours à l’animation dessinée à la main, un processus coûteux et chronophage, souligne encore l’attachement du film à l’intégrité artistique.

Restez à la pointe de la mode et du lifestyle au masculin, suivez Essential Homme sur Google News, Whatsapp, en RSS ou sur Flipboard.

Hayao Miyazaki sait convaincre Takeshi Honda pour "Le garçon et le héron"
© GKIDS

Le film a suscité beaucoup d’attentes, étant perçu comme le dernier film de Miyazaki. Honda reconnaît cette pression : “Il y avait cette pression supplémentaire : ‘Oh, c’est vraiment urgent’”. Malgré ces attentes, le film est devenu un travail d’amour pour l’équipe, transcendant la simple obligation professionnelle.

Le garçon et le Héron” portait le poids de l’attente, étant largement considéré comme le chant du cygne de Miyazaki. Cette perception a ajouté une couche d’urgence et d’importance au projet, poussant l’équipe à transcender l’ordinaire. Cependant, malgré ces attentes, la retraite de Miyazaki semble être une histoire inachevée.

Pour Honda, la décision de participer à ce projet s’est avérée profondément juste. En repensant à ces six années de voyage, il reconnaît l’importance et la satisfaction de faire partie de l’univers visionnaire de Miyazaki. “Le garçon et le Héron” est donc une expérience unique et fascinante, un mélange du charme caractéristique de Ghibli et d’un récit innovant, attendu avec impatience par les cinéphiles et les fans de Hayao Miyazaki.

© Photos : GKIDS

PUBLICITÉ
AllerEn Haut