/

Gucci – Printemps/Été 2020 – Milan Fashion Week

Une réflexion pleine de sensualité sur comment la mode peut-elle s'affranchir de la pression de la normativité sociale

1447 vues
2 minutes de lecture
Gucci - Printemps/Été 2020 - Milan Fashion Week

La mode peut-elle suggérer une liberté d’expérience, la capacité de transgresser et de désobéir, l’émancipation et l’autodétermination? Ou bien la mode elle-même risque de devenir un dispositif raffiné du gouvernement néolibéral qui finit par imposer une nouvelle normativité, transformant la liberté en une marchandise et l’émancipation en une promesse non tenue ?”. Souvent, la note du show annonce la direction de la collection et fait passer la réflexion de son concepteur ou sa conceptrice sur le vêtement, sur l’homme et son environnement.

Inondés de lumière rouge, avant le show, les invités du show Gucci n’avaient guère la possibilité de lire la note, ni de se plonger dans une tentative de compréhension. Ils ont laissé le soin à Alessandro Michele de porter à leur connaissance son interrogation sur la mode par un show à très fort impact visuel qui débutait par une soixantaine de looks, immobiles sur un tapis roulant, d’un blanc immaculé comme les vêtements d’hôpital – certains avec des sangles, tels des camisoles de force – évoquant une forme de toute élimination de soi, comme si la mode était un pouvoir de contraintes, d’assujettissement et d’oppressions.

Dès lors, à la question : “la mode, qui assujettit autant qu’elle libère, peut-elle remplir cette tâche ?”, est-elle “capable de désengager la pression de la normativité sociale” ?, Alessandro Michele répond par des silhouettes inspirées des années 70 : pattes d’eph, grand col, lunettes à grosse monture retenues par des grosses chaînes et couleurs acidulées.

Des silhouettes qui, fidèles à sa vision de la mode, mêlent l’androgynie, le mélange des genres et des identités à la portabilité de ses propositions.

Une façon de répondre à sa manière à la peur d’une sorte de dictature vestimentaire, d’une standardisation par une collection pleine de sensualité où aussi bien les hommes que les femmes de s’y trouver pleinement sans aucune contrainte.

© Gucci