Google Art Project Les chef-d’oeuvres en HD

in HIGH-TECH

Plus rien ne pourra arrêter les appétits du géant américain de l’internet. Après avoir mis à la disposition du grand public 12 millions de livres scannés, pas toujours en accords avec les droits d’auteurs, avec son programme Google Books, la firme de Montain View s’attaque désormais aux arts en partenariat avec 17 grands musées les plus prestigieux de la planète.

Google Art Project
Basé sur la même technologie du célèbre Street View 3D, rappelez-vous c’est une technologie révolutionnaire mise en place en 2007 par Google permettant aux utilisateurs de naviguer virtuellement et en trois dimensions dans les rues de grandes villes, Google Art Project ouvre les portes des 17 prestigieux musées du monde et leurs collections aux amateurs d’art.
La National Gallery de Londres, le MoMA de New York, le Château de Versailles, l’Alte Nationalgalerie à Berlin, le musée de l’Hermitage de Saint-Petersbourg ou le Rijksmuseum d’Amsterdam et bien d’autres ont répondu à l’appel de Google et mettent ainsi des milliers de chef-d’oeuvres à la portée d’un clic de l’internaute. Remarquons en passant que le Louvre n’a pas souhaité participer au projet et a préféré de se concentrer sur la refonte de son propre site.
Avec une qualité incomparable, jusqu’à 7 milliards de pixels de résolution pour seulement 17 d’entre elles offrant alors à l’observation les moindres détails du tableau, les internautes peuvent ainsi observer et étudier les 1 061 ouvres scannées et exposées dans des galeries virtuelles, comme s’ils étaient présents sur les lieux mêmes.
Des fiches d’explications, des informations pratiques, ainsi que des liens renvoyant vers d’autres pages sont très bien mis en évidence pour mieux orienter les visiteurs et leur permettre de mieux approfondir leur connaissance sur le sujet choisi.
Après une semaine de mise en ligne et malgré un accueil très favorable de tous les médias, certains détracteurs ont commencé à formuler leur crainte sur une possible baisse de fréquentation des sites des musées participants car rappelons-le, ces musées possèdent tous leur propre site et ont déjà scanné une grande partie de leurs oeuvres. Mais pour Laurent Gaveau, chargé des nouveaux médias pour le château de Versailles, l’effet inverse a été observé. « La fréquentation de notre propre site a doublé au lendemain de l’annonce de googleartproject », a-t-il déclaré à l’AFP. Le même constat a été noté par Nicholas Serota, directeur de la Tate : « Notre expérience montre que les gens, une fois qu’ils ont eu un aperçu sur l’internet, veulent voir le véritable tableau. », selon l’AFP.
Face au succès de son Art Project, Google laisse entendre que d’autres partenaires viendront rejoindre le projet et des expositions temporaires seront envisagés dans l’avenir. Une formidable vitrine donc pour les artistes.
Google Art Project