Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
/

Enfants Riches Déprimés – Printemps/Été 2018 – Paris Fashion Week

594 lus
2 minutes à lire

Enfants Riches Déprimés, étrange nom pour un label de mode qui défile cette saison pour la première fois à Paris. Cependant, ce label créé en 2012 à Los Angeles par Henri Alexander, jeune fils à papa américain de 24 ans, passé par toutes les cases de problèmes (enfant de riches, scolarisé dans un établissement privé en Suisse, cocaïné, cure de désintox), porte bien son nom.
S’adressant exclusivement à une clientèle d’élite blasée et à la bourse bien garnie – un t-shirt du label se vend à $320 ou une corde à pendu en cachemire à $7 000 – Enfants Riches Déprimés est “élitiste, couture nihiliste”, selon les propres mots de son créateurs.
Le prix de départ élimine automatiquement la masse et cette idée d’écarter les gens que je ne les veux pas porter mes créations est due à mon côté sombre”, continuait-il à expliquer.
Et qu’en est-il de sa collection ? Bien que présentée par des mannequins à la gueule dépressive et à ses prix promis d’être exorbitants, la collection se veut être dans l’air du temps. Les principales tendances sont là. Le tailoring, principalement des vestes croisées à une seule rangée de boutons, a des coupes larges, sans être oversize. L’esprit streetwear se manifeste dans des bandes courant tout au long des pantalons et dans des vestes de survêt. Le punk avec une combinaison en cuir noir. Le glam rock avec cette veste en velours côtelé porté avec un béret pour une touche très John Galliano ou encore cet ensemble chemise/pantalon à rayures associé à une veste croisée et nœud papillon, le tout porté avec des chaussures à talons compensés.

Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week

Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Enfants Riches Déprimés Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week

© Enfants Riches Déprimés

Rynshu Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Article Précédent

Rynshu – Printemps/Été 2018 – Paris Fashion Week

Paul Smith Printemps/Été 2018 - Paris Fashion Week
Article Suivant

Paul Smith – Printemps/Été 2018 – Paris Fashion Week