Eberhard & Co. signe le retour de la « Scientigraf » amagnétique

4 minutes à lire
Eberhard & Co. Scientigraf
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À l’édition 2021 du salon Couture-Time Las Vegas qui accueille les marques de montres de luxe les plus importantes de la planète, Eberhard & Co. a dévoilé en avant-première son nouveau modèle “Scientigraf”, la version remise aux goûts du jour de la célèbre “Scientigraf” de 1961.

Née il y a soixante ans, la Scientigraf de la maison horlogère suisse indépendante Eberhard & Co est une révolution à l’époque, en introduisant la cage de Faraday, une sorte de structure en fer malléable, du nom du brillant inventeur qui en assura la construction dans la première moitié du XIXe siècle, dans l’horlogerie.

PUBLICITÉ
Eberhard & Co. Scientigraf

Cette invention, appliquée à l’horlogerie, permet de protéger le mouvement, en absorbant les ondes électromagnétiques qui pourraient perturber le bon fonctionnement des mécanismes. Ainsi, la “Scientigraf” de 1961 fut l’un des tout premiers garde-temps capables de résister aux champs magnétiques.

Aujourd’hui, avec la multiplication d’appareils électroniques, la présence de champs magnétiques est considérablement plus répandue que par le passé. L’aimantation des mouvements est de plus en plus un problème qui, bien que résolu au moyen d’équipements spécifiques présents dans chaque centre de service, reste une cause de désagréments et de perte de temps. Eberhard & Co. a donc répondu à ce problème par la création d’une nouvelle édition de son “antimagnétique” historique de 1961 : un modèle calqué sur les caractéristiques de la version originale, mais
enrichi de toutes les améliorations réalisables grâce à la technologie moderne.

PUBLICITÉ
Eberhard & Co. Scientigraf

La nouvelle “Scientigraf” affiche un boîtier de 41mm de diamètre, étanche à 100 mètres et dotée d’un mouvement mécanique à remontage automatique, qui affiche la lecture des heures, des minutes et des petites secondes en son centre. Le boîtier en acier se caractérise par une double finition polie et satinée, le fond vissé est personnalisé du logo vintage et de l’inscription se référant aux tests menés avec succès au centre spécialisé de La Chaux-de-Fonds, chargé de vérifier la conformité à la norme ISO 764 2020. Le verre saphir, excavé et bombé, a subi un traitement antireflet et les deux cadrans sont proposés en noir mat et enrichis d’une finition galbée et de deux versions différentes de luminescence des index : vintage ou orange.

Eberhard & Co. Scientigraf
PUBLICITÉ

La zone circulaire qui rayonne autour de la trotteuse est également luminescente. La “Scientigraf” sera équipée d’un bracelet en cuir noir déperlant avec insert décoratif en cordura ou coutures en orange (selon la version de cadran) et boucle personnalisée du bouclier Eberhard. Le bracelet “Chassis” en acier est également disponible.

Eberhard & Co. Scientigraf

La Eberhard & Co. “Scientigraf” sera bientôt disponible à partir de 2 250 euros.

PUBLICITÉ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Article Précédent

Deep Dive Dubaï, la nouvelle piscine de plongée la plus profonde du monde

Article Suivant

LEGO célèbre les 20 ans de la saga « Harry Potter » avec son set « Hogwarts Icons Collectors’ Edition »