Dix raisons de ne pas faire son shopping tout seul

148 views
6 mins read

Faire le shopping est pour vous synonyme du plaisir à partager ? Vous n’avez pas tort !
Voici dix raisons qui vous expliquent pourquoi il ne faut jamais faire la lèche-vitrine en solitaire.

(1) Ne me dites pas le contraire, que vous n’avez jamais fait seul votre star-académie devant le miroir lorsque vous vous habillez. Madonna, Mariah, Whitney, David Bowie, Black Eye Pies… toutes les musiques sont bonnes pour le choix de vos vêtements sur fond des rythmes. Vous sortez tous vos vêtements, vous les essayez en prenant des poses : de face, de trois-quart, parfois le ventre rentré en retenant votre souffle. Vous pestez contre vos amis qui, selon vous, ont fait exprès de vous engraisser avec leurs petits plats. Vous en voulez à votre machine à laver d’avoir rétréci votre haut préféré. Du coup, vous mettez toujours les mêmes.

(2) « Encore les mêmes ? » oui, vos amis auraient dû vous épargner de leurs remarques désobligeantes. Vous demandez alors à votre meilleure amie de vous accompagner lors de votre prochain shopping. Elle a la manie irritante, lorsque vous lui demandez son avis, de partir sans dire un mot et de revenir ensuite avec pleins d’autres modèles. Vous comprenez alors que ceux choisis par vos soins ne sont jamais les bons.

(3) Avec votre meilleur copain, le résultat n’est guère encourageant. Il vous gratifie un acquiescement de la tête qui durait exactement deux secondes avant de réarpenter les rayons, l’air de dire : « Ok, ils te vont bien mais ne comptes pas sur moi pour te dire que tu ressembles étrangement à James Bond ».

(4) En général, vous ne trouvez jamais votre taille, à croire qu’ils font exprès pour que vous ne dépensiez pas votre argent. Mais vous avez la volonté de le faire, n’est-ce pas ? Mais la deuxième difficulté survient : vu la tête du vendeur, vous n’osez absolument pas lui demander de jeter un coup d’oeil à l’arrière de la boutique pour voir si, miraculeusement, votre taille attend votre venue.
Astuce donc : vous faites semblant d’essayer une taille quelconque dans la cabine et prétextant que vous êtes en caleçon, vous demandez à votre ami de faire la requête à votre place. Il est là pour vous aider, non ?

(5) Tout seul, vous tournez et retournez pendant des heures dans les rayons à vous décider sur la, ou les pièce(s) à emporter. Vous commencez alors à sentir le regard suspicieux de l’agent de sécurité et parfois, vous sentez même son souffle sur votre nuque, à croire qu’il vous suspecte de comploter un hold-up de vêtements. Vous vous mettez alors à haïr toutes les espèces de vigiles.

(6) Il vous est déjà arrivé d’entendre quelques commentaires de vos amis sur le choix des couleurs de vos vêtements. Mais puisque ce sont vos couleurs préférées, vous avez tendance à choisir encore les mêmes. Les commentaires ne sont pas prêts à s’arrêter.

(7) Le shopping est une activité difficile, voire très sportive. Indécis voire impulsif, vous prenez tout sur votre passage : pantalon, chemise, t-shirts, jeans, veste, ceinture…. et vous voilà avec des kilos de vêtements sur les bras. Mais la chose la plus ardue est de tenir tout ce poids devant des cabines bondées. Vous voilà content que votre ami (e) soit avec vous afin vous alléger un peu de cette corvée. Vu la grandeur de votre amitié, il ou elle ne peut vous refuser.

(8) Pourquoi vous imposent-ils toujours ce supplice visuel : des vendeurs à l’allure des mannequins déambulant dans les rayons ? Tout leur va si bien. Le complexe commence à vous monter à la tête, vous vous en voulez donc de vous laisser aller pendant si longtemps. Mais votre ami (e) est là pour vous rappeler qu’ils ont subi des tests draconiens et qu’ils sont des fans inavoués du célèbre régime alimentaire de Karl. Vous, vous aimez trop de la bonne nourriture pour suivre une telle privation.

(9) Ils savent comment vous faire dépenser votre argent et vous êtes la victime parfaite de la consommation capitaliste.
En pleine boulimie d’achats, vous avez oublié de consulter, la veille, l’état de votre compte en banque. Vous voyant disparaître sous les sacs, votre ami (e) vous en rappelle volontiers afin d’éviter l’inévitable coup de fil de votre banquier le lendemain à la bonne heure.
(10) Tout compte fait, vous êtes satisfait de votre journée de dépense. Afin de récompenser ces efforts mérités, vous entraînez votre ami (e) à la terrasse la plus exposée dans la rue la plus fréquentée pour un verre bien justifié. Ahhhhh, sous vos lunettes de soleil, les commérages sont toujours un exercice à pratiquer entre amis.