Barbie franchit la mince ligne rose qui sépare la satire du commentaire social

21 juillet 2023
3 minutes de lecture
Barbie Film Critique
PUBLICITÉ

Imaginez les figures emblématiques de Barbie et Ken, enfermées dans les limites d’un monde commercial, mais qui tendent à toucher les fils de notre réalité. C’est le paysage que Greta Gerwig a choisi de traverser dans sa dernière aventure fantastique, où la Barbie de Margot Robbie et le Ken de Ryan Gosling s’efforcent de sauver l’univers parallèle de Barbieland. Si la réalisatrice de « Lady Bird » et de « Little Women » déploie la précision narrative et le sens du détail qui la caractérisent pour livrer une comédie de poupée charmante et ironique, sa tentative de fusionner ce jeu léger avec un commentaire politique plus profond aboutit à un film ambitieux mais finalement décousu.

Barbieland de Gerwig est un panorama pastel, grâce au design de production de Sarah Greenwood et à la maîtrise des costumes de Jacqueline Durran. C’est un lieu de maisons de rêve Barbie identiques, d’arbres en plastique et de véhicules sans moteur flottant dans une mer d’hymnes à bulles. Mais sous cette surface, la réalisatrice construit une utopie féministe, avec des Barbies occupant des postes prestigieux, de la présidence aux réalisations scientifiques, une inversion de notre réalité patriarcale.

PUBLICITÉ

Une foule d’acteurs formidables remplissent les rangs du monde, mais le cœur du film bat au sein de la Barbie stéréotypée, interprétée avec un esprit pétillant par Margot Robbie, et de son homologue Ken, joué avec chaleur et humour par Ryan Gosling. Leur existence ressemble à l’Eden, jusqu’à ce que les nouveaux questionnements existentiels de Barbie la conduisent dans le monde réel de Los Angeles, un voyage qui bouleverse son image de soi et renforce celle de Ken.

PUBLICITÉ
Barbie Film Critique

L’aventure de Gerwig dans le monde réel facilite les moments poignants où la Barbie de Robbie est aux prises avec la condition humaine et les dures réalités de la domination patriarcale. Ces rencontres avec des personnages humains, comme la direction de Mattel, entièrement masculine, et Gloria, une secrétaire de Mattel interprétée avec brio par America Ferrera, ajoutent un certain niveau de complexité narrative à la fantaisie de la poupée. Cependant, le traitement par le film de ses thèmes les plus lourds semble souvent superflu, comme s’ils avaient été ajoutés au scénario au lieu de s’y développer organiquement.

PUBLICITÉ

Dans une tentative de chevaucher la ligne entre une comédie légère et un commentaire profond, « Barbie » de Gerwig est aux prises avec son identité. Lorsque Barbie rentre chez elle et découvre que Ken, fort de sa nouvelle compréhension du patriarcat, a refait Barbieland, la tension inhérente au film entre l’amusement et le commentaire sérieux se fissure. La main de Gerwig, ferme dans l’élaboration de récits nuancés dans ses œuvres précédentes, vacille ici, prise entre la demande d’humour et son désir d’extraire des significations plus profondes d’un cadre contraint.

Barbie Film Critique

Il en résulte un récit politique confus et un arc émotionnel qui tombe à plat. Le film présente des monologues importants qui auraient pu être émouvants, mais la gravité de leurs messages se dilue au fur et à mesure qu’ils se répètent. On a l’impression que le film s’efforce d’en faire trop, perdant ainsi une partie de sa sincérité en cours de route.

Même dans cet embrouillamini, Gerwig intègre des thèmes de ses films précédents dans « Barbie« . Le film oscille entre la définition de soi, la dynamique complexe des relations mère-fille et les contraintes imposées aux femmes par une société obsédée par les catégories. Ces thèmes sont d’autant plus saillants dans l’interprétation de Barbie par Robbie. Sa conscience accrue se manifeste dans ses yeux expressifs, et ses mouvements oscillent entre une rigidité mécanique dans Barbieland et une rigidité profondément humaine dans le monde réel.

Cependant, « Barbie« , bien qu’il s’agisse d’une histoire intelligemment tissée entre les mains de Gerwig, est un film qui, en fin de compte, est au service d’une marque. Les compromis dans l’histoire sont évidents et un sentiment sous-jacent de malaise quant à l’avenir des films répondant aux ambitions de franchise des fabricants de jouets comme Mattel, gâche l’expérience visuelle.

Barbie” de Greta Gerwig est un effort ambitieux pour imprégner le cinéma commercial de récits plus profonds. Pourtant, sa tentative d’innover s’enlise dans une bataille entre la légèreté d’une comédie de poupées et la gravité d’un commentaire sociopolitique. Malgré les faiblesses évidentes du film, il parvient à nous rappeler que le cinéma, à l’instar de l’iconique Barbie, peut être bien plus qu’un simple produit commercial. Il peut être un agent de réflexion, de changement et de connexion humaine.

© Photos : Warner Bros

Cliquez sur ce lien pour lire cet article dans sa version anglais

PUBLICITÉ
AllerEn Haut