Activision Blizzard règle les plaintes pour discrimination en Californie pour 54 millions de dollars

Un règlement de 54 millions de dollars répare les prétentions d'Activision Blizzard en matière de discrimination fondée sur le sexe, mais les murmures d'une réforme culturelle persistent. Le géant du jeu a-t-il colmaté une brèche ou construit un pont vers une véritable équité ?
19 décembre 2023
2 minutes de lecture
Activision Blizzard règle les plaintes pour discrimination en Californie pour 54 millions de dollars
PUBLICITÉ

Activision Blizzard, le géant du jeu vidéo à l’origine de titres à succès tels que Call of Duty et World of Warcraft, a accepté de payer la somme considérable de 54 millions de dollars pour régler les plaintes pour discrimination déposées par l’agence californienne des droits civils. Ce règlement historique met fin aux allégations selon lesquelles Activision aurait systématiquement désavantagé les femmes sur le lieu de travail, en leur refusant l’égalité des chances en matière de promotion et de rémunération.

Les accusations, qui s’étendent de 2015 à 2020, brossent le sombre tableau d’une entreprise en proie à l’inégalité entre les sexes. Les employées auraient eu du mal à gravir les échelons de l’entreprise, recevant souvent des salaires inférieurs et moins de possibilités de promotion que leurs homologues masculins.

PUBLICITÉ

Nous sommes conscients de l’importance des questions abordées dans cet accord et nous sommes déterminés à mettre pleinement en œuvre toutes les nouvelles obligations que nous avons assumées dans le cadre de cet accord”, a déclaré Activision Blizzard dans un communiqué, semblant reconnaître la nécessité d’une réforme.

Sur le même sujet : Ducati et Bentley s’associent pour créer la luxueuse Ducati Diavel for Bentley

PUBLICITÉ

Si le règlement financier constitue une forme de réparation des torts passés, l’accord va au-delà de la simple compensation monétaire. Activision Blizzard s’est engagé à mettre en œuvre des mesures concrètes pour garantir des “pratiques équitables en matière de rémunération et de promotion” dans l’ensemble de l’entreprise. Il s’agit notamment de réviser les politiques internes, d’améliorer les procédures de réclamation et de favoriser un environnement de travail plus inclusif.

L’accord marque également la fin d’un chapitre tumultueux de l’histoire récente d’Activision Blizzard. En 2021, l’entreprise a dû faire face à une avalanche d’accusations de harcèlement sexuel et de discrimination, qui ont débouché sur des enquêtes menées par la Equal Employment Opportunity Commission (EEOC) et le California Department of Fair Employment and Housing (DFEH). Activision a finalement conclu un accord avec l’EEOC, créant un fonds de 18 millions de dollars pour les victimes de harcèlement et de discrimination.

Restez à la pointe de la mode et du lifestyle au masculin, suivez Essential Homme sur Google News, Whatsapp, en RSS ou sur Flipboard.

Cependant, le procès du DFEH a perduré, jetant une ombre sur l’image de l’entreprise et contribuant à son acquisition par Microsoft en janvier 2022. Le département californien des droits civils a notamment accepté de retirer les allégations de harcèlement sexuel dans le cadre du règlement actuel, tout en soulignant qu’“aucun tribunal ni aucune enquête indépendante n’a corroboré les allégations” de harcèlement sexuel systémique chez Activision Blizzard.

Ces querelles juridiques étant terminées, tous les regards se tournent vers l’avenir. Activision Blizzard pourra-t-elle vraiment tenir sa promesse d’un lieu de travail plus équitable ? Seul l’avenir nous le dira. Mais pour les nombreuses femmes qui ont été victimes de discrimination au sein de l’entreprise, ce règlement représente un pas vers la revendication et une lueur d’espoir pour un avenir plus juste.

PUBLICITÉ
AllerEn Haut